[scald=103307:sdl_editor_representation]FLORENCE (Reuters) - Des chercheurs et des historiens d'art ont annoncé lundi avoir peut-être retrouvé au Palazzo Vecchio de Florence les traces d'une fresque inachevée de Léonard de Vinci, "la bataille d'Anghiari", perdue depuis cinq siècles.

A l'aide de micro-caméras et de sondes, les experts pensent avoir localisé l'oeuvre de Léonard sous une autre fresque de Giorgio Vasari, "la bataille de Marciano", dans la grande "Sala dei Cinquecento" du palais, qui abrite la mairie.

"Ensemble, avec des historiens de l'art et des scientifiques, grâce aux recherches historiques et à la technologie, cette équipe de chercheurs a percé un mystère qui durait depuis plus de 500 ans", a dit lors d'une interview avec Reuters Terry Garcia, vice-président de la National Geographic Society, qui a parrainé les recherches.

"Je suis convaincu que nous avons découvert quelque chose et je pense que c'est un jour historique."

Le projet a provoqué une controverse en raison du scepticisme de plusieurs spécialistes, scandalisés en outre qu'on ose percer des trous dans la fresque de Vasari pour découvrir une oeuvre hypothétique.

"Nous avons trouvé des traces de pigments qui semblent être ceux que Léonard utilisait exclusivement", a dit Maurizio Seracini, professeur à l'université de San Diego (Californie), qui était depuis trente ans à la recherche de la fresque perdue.

"Ces données sont très encourageantes", a-t-il ajouté, précisant qu'un pigment noir découvert dans la salle des Cinquecento semble être de même nature que celui utilisé par Léonard de Vinci pour peindre la Joconde.

C'est maintenant au ministère italien de la Culture de décider de la suite à donner à ces recherches, notamment de voir s'il est possible d'étendre les examens à d'autres parties du mur.

La bataille d'Anghiari a opposé les armées de Florence à celles de Milan le 29 juin 1440. Au début du XVIe siècle, les autorités florentines avaient commandé la fresque à Léonard de Vinci. Celui-ci avait abandonné son travail un an plus tard, mécontent de la nouvelle technique de fresque qu'il expérimentait, mais les études demeuraient et plusieurs artistes avaient pu reproduire l'oeuvre.

Plus de cinquante ans plus tard, Vasari était chargé de rénover la grande salle et peignait la bataille de Marciano.

Philip Pullella avec Silvia Ognibene; Guy Kerivel pour le service français

Mots-clés :

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.