des parlementaires souhaitent une enquête sur la gestion de la “manif pour tous”
des parlementaires souhaitent une enquête sur la gestion de la “manif pour tous” © reuters

Décidément, elle ne semble pas bien partie, cette manifestation contre le mariage pour tous. Sa porte-parole, Frigide Barjot, renonce à y participer. L'UMP condamne par avance tout débordement. Et Manuel Valls recommande de ne pas y mêler les enfants.

Les trois cortèges doivent partir simultanément, à 14h, mais à quelques heures du défilé, l'ambiance est morose. Après plusieurs semaines de blocage, dans la rue et au Parlement, après plusieurs votes, un feu vert du Conseil constitutionnel et pour finir la promulgation, c'est un peu le baroud d'honneur des opposants.

Et c'est peut-être ce qui inquiète le plus, y compris dans les rangs du mouvement, débordé par ses éléments les plus extrêmes.

Manuel Valls a dit à plusieurs reprises son inquiétude, allant même jusqu'à déconseiller aux familles de s'y rendre avec leurs enfants. Le ministre de l'Intérieur fait état de menaces d'actions de groupes d'extrême droite et de menaces de mort adressées à des personnalités impliquées dans le débat.

"Nous craignons des actions, des initiatives de groupes d'extrême droite", a dit Manuel Valls sur France Info. "La vérité m'oblige à dire mon inquiétude face à ces menaces physiques, verbales, des menaces de mort qui ont concerné plusieurs personnalités."

Porte de Saint-Cloud, peu avant le début de la manifestation, les opposants au mariage pour tous veulent marquer le coup. Reportage de Yann Gallic.

1 min

Inter treize - DCT Gallic 13h

Frigide Barjot se met en retrait

Pourtant les menaces visent même les propres alliés de ces groupes depuis quelques semaines. Égérie du mouvement, Frigide Barjot a ainsi annoncé qu'elle ne manifesterait pas, en raison de menaces de la part de radicaux qui jugent qu'elle a tenu des propos trop conciliants.

Ces derniers jours, elle a en effet prôné l'adoption, en lieu et place du mariage, d'une "union civile" pour les homosexuels. Une position bien trop modérée pour certains, qui lui ont envoyé des menaces de mort.

Écoutez la porte-parole de la "manif pour tous".

55 sec

S Manif x tous / Frigide

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, met en garde les responsables de l'UMP contre les risques de débordements, leur demandant de ne pas cautionner la "crispation et la radicalisation" du mouvement.

D'autant que la loi est déjà passée... Mais ça n'empêche pas de dire son désaccord, selon Antoine Renard, président des associations familiales catholiques (AFC).

26 sec

S manif antis AFC

Prudence ou "tentatives inacceptables d'intimidation" ?

Ce qui n'empêche pas le président de l'UMP, Jean-François Copé, de dénoncer "cette façon de jouer sur les peurs" de l'exécutif. "Le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur sont saisis de panique. Ils se livrent donc à des tentatives inacceptables de pression et d'intimidation pour tenter de décourager" les manifestants, écrit-il dans un communiqué.

Il condamne toutefois par avance toute violence et tout débordement dans les cortèges.

Au PS, Harlem Désir appelle l'UMP à s'associer à cette manifestation.

58 sec

S Harlem desir

L'UMP est divisée sur l'opportunité de manifester contre une loi déjà promulguée. Certains de ses dirigeants estiment même que le parti n'aurait pas dû appeler à défiler.

Les explications de Stéphane Leneuf.

58 sec

mariage pour tous UMP

Manif pour rien ?

La loi est désormais passée et bien passée, mais cela ne décourage pas les opposants, malgré les menaces des plus extrêmes. Pour beaucoup, il sagit toutefois de la manif de la dernière chance pour se faire entendre, notamment sur des questions qu'ils estiment en rapport direct avec le mariage pour tous (PMA, GPA).

À quoi peut bien servir cette nouvelle manifestation ? Jean-Christophe Fromentin est député-maire UDI de Neuilly-sur-Seine.

3 min

Inter treize - DCT Fromentin 13h

Trois cortèges doivent rejoindre l'Esplanade des Invalides. Quelque 4.500 policiers et gendarmes seront mobilisés pour prévenir les heurts avec des groupes d'extrême droite.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.