En moins d'une semaine, trois fusillades se sont produites à Marseille. Elles ont provoqué trois morts et deux blessés graves. Un point commun : la kalachnikov a été utilisée. L'analyse de Frédéric Ploquin, journaliste à Marianne. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.