L'immeuble du CSA
L'immeuble du CSA © CC h de c

Le conseil des ministres examine ce matin le projet de loi audiovisuelle. Une "petite loi" puisqu'elle concerne principalement le mode de nomination des présidents de l'audiovisuel public et l'organisation du CSA.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel verra le nombre de ses membres passer de neuf à sept et retrouvera son pouvoir de nomination des patrons de l'audiovisuel public : les présidents de Radio France et France Télévisions, dont les mandats expirent respectivement en2014 et 2015, ainsi que celui de l’AEF.

Après cette première loi réformant la désignation des patrons de chaînes et la composition du CSA qui les nommera, une future grande loi audiovisuelle est annoncée pour 2014. Le coup d'envoi des débats autour des projets de réforme sera donné auourd’hui, lors du lancement des premières Assises de l'audiovisuel.

Les explications d'Alexandra Akoun

Le texte revient en partie sur la précédente loi votée à l'initiative de Nicolas Sarkozy en 2009 puisque les président des entreprises d'audiovisuel public, comme Radio France, ou France Télévisions, ne seront plus nommés par le chef de l'Etat, mais par le conseil supérieur de l'audiovisuel

Pour le député UMP Franck Riester, ce système de nomination voit le retour à l’hypocrisie que Nicolas Sarkozy avait voulu abolir

Franck Riester est interrogé par Marc Fauvelle

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.