Depuis le début des affrontements samedi, on parle d’une trentaine de morts et des milliers de blessés. Les heurts continuent. Hier, le gouvernement a démissionner, mais l’armée, au pouvoir, a refusé.

Claude guibal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.