A trois jours du sommet des 17 membres de la zone euro sur la crise grecque, deux scénarios sont envisagés : faire jouer la solidarité des États ou faire payer les banques. La seconde option serait à l'étude.

Mots-clés :

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.