PARIS (Reuters) - Le nouveau financement de la protection sociale en France se traduira nécessairement par une augmentation de la TVA, a déclaré mardi la ministre du Budget, Valérie Pécresse.

"Il y aura nécessairement dans le nouveau financement de la protection sociale une part d'augmentation de la TVA", a dit Valérie Pécresse, également porte-parole du gouvernement.

"Pourquoi ? Parce que la TVA frappe les produits fabriqués en France mais elle frappe aussi les produits importés", a-t-elle ajouté.

"Ce qui est profondément immoral dans le système actuel, c'est que nous avons une protection sociale très, très forte mais que d'autres pays de production ont des systèmes de protection très faibles de leurs salariés et font du dumping social en vendant en France des produits pas chers."

Le gouvernement présentera son projet de réforme de la protection sociale comprenant un volet sur la TVA dès février en dépit de l'opposition des syndicats, de la gauche et de l'opinion publique.

La "TVA sociale" voulue par le gouvernement consiste à augmenter la TVA tout en baissant les charges sociales afin d'alléger le coût du travail pour favoriser l'emploi et augmenter la compétitivité des entreprises françaises alors que la France s'achemine vers un déficit commercial record au titre de 2011.

Patrick Vignal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.