Manif pour tous
Manif pour tous © MaxPPP/Christophe Petit Tesson

Alors que Frigide Barjot dit hésiter à aller manifester dimanche contre le mariage pour tous après avoir reçu des menaces. Alors que Nathalie Kosciusko-Morizet se dit "inquiète" et demande à la préfecture de police de Paris à anticiper les risques, Manuel Valls s'interroge sur une éventuelle interdiction du Printemps français qui a appelé à des opérations coups de poing.

Le ministre de l'intérieur explique que des "groupes radicaux d'extrême droite" souhaiteraient "venir en nombre", à la manifestation de dimanche, "non pour manifester mais pour créer l'affrontement et le désordre".

"Sur les 37 dernières manifestations représentatives, 28 ont été infiltrées par l'extrême droite", affirme une source proche du dossier qui cite l'Action française, les Jeunesses identitaires, le Gud, Troisième Voie, Terre et Peuple ou encore les Jeunesses nationalistes. Ces ultras, qui pourraient être quelques centaines, auront "envie d'en découdre" pour ce "baroud d'honneur", selon une source policière. "Il n'y a pas de place pour des groupes qui défient la République, la démocratie et qui s'attaquent aussi à des individus", a prévenu Manuel Valls qui mobilise 4.500 policiers et gendarmes.

Les explications de Franck Cognard

48 sec

Inter soir 18h - =D= Cognard Manif 18h

Dans un communiqué publié le 21 mai, le "Printemps français" appelle à "une nouvelle résistance" face à une loi qui irait "contre les lois de la biologie et contre tout sens commun". "La France est actuellement soumise à des forces qui veulent l'asservir entièrement. La bataille ne fait que commencer. Elle se prolongera jusqu'à la victoire", peut-on encore lire.

Le "Printemps français", radicalement opposé à la loi Taubira, appelle à des actions plus violentes estimant notamment celles de la Manif pour tous de Frigide Barjot trop "bisounours".

Frigide Barjot hésite encore sur sa présence, ou pas à la manifestation

La porte-parole de "La Manif pour tous", Frigide Barjot a reçu des menaces qui ont amené le ministre de l'Intérieur à lui assurer une protection. Du coup, l'égérie des opposants au mariage homosexuel dit qu'elle ne pen" pas poiuvoir aller manifester dimanche "en l'état actuel des choses" mais qu'elle pourrait néanmoins "changer d'avis"

Frigide Barjot avec Charlotte Le Mogne

48 sec

S-Barjot Frigide

"Laissez-moi vous dire mon inquiétude car des groupes radicaux d'extrême droite veulent venir en nombre, non pour manifester mais pour créer l'affrontement et le désordre et pour s'en prendre aux symboles de la République, une République que ces groupes d'extrême droite haïssent", a dénoncé Manuel Valls.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Vall, invité de France Info

54 sec

S Valls et Printemps Français

Celle qui se présente comme la porte-parole du Printemps français, Béatrice Bourges, a jugé que son mouvement ne pouvait être dissous puisqu'il n'avait "même pas de statut".

Il y a quelques minutes Béatrice Bourges a réagi sur France Culture en dénonçant un régime totalitaire.

Beatrice Bourge répond à Antoine Mercier

23 sec

S Brigitte Bourges ok

Selon le Ministère de Intérieur, une mesure de dissolution pourrait s'appuyer sur le code de sécurité intérieure qui prévoit la dissolution de "groupes de combat et milices privées". Il vise notamment les groupes "qui provoquent à des manifestations armées dans la rue", "dont l'activité tend à faire échec aux mesures concernant le rétablissement de la légalité républicaine" ou qui "provoquent à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes".

L’analyse de Franck Cognard __

1 min

Inter treize - =D= Cognard Printemps Français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.