Autoportrait -Vincent van Gogh - 1889
Autoportrait -Vincent van Gogh - 1889 © domaine public / Musée d'Orsay

La mort de Vincent Van Gogh fait partie de sa légende. Dépressif, à moitié fou, le peintre met fin à sa vie le 27 juillet 1890. Mais pour deux "Sherlock Holmes" américains, ce suicide n'en est pas un. Van Gogh aurait été assassiné. Élémentaire...

C’est un fait divers vieux de 123 ans. La mort de Vincent Van Gogh à Auvers-sur-Oise (Val-d’Oise) continue de faire couler beaucoup d’encre... Officiellement, le peintre s'est tiré une balle dans la poitrine, le 27 juillet 1890. Il aurait agonisé ensuite pendant trois jours.

Et s'il ne s’était pas suicidé ? C’est la thèse soutenue par deux journalistes américains, qui affirment dans un livre paru hier que Van Gogh aurait en fait été tué par deux jeunes de la ville.

Mais à Auvers-sur-Oise, où 110.000 touristes viennent se recueillir chaque année sur la tombe du peintre, on ne croit à pas à cette thèse

Le reportage de Marine Chailloux

Van Gogh aurait volé le pistolet qui l’a mortellement blessé : c'est là que résiderait le mobile de son meurtre. Pour les journalistes, le coup de feu aurait été tiré à distance par son propriétaire. Mais pour Alain Rohan, auteur d’un livre sur l’arme du crime, les autres témoins de l’époque, et notamment le fils du célèbre docteur Gachet, accréditent la thèse du suicide.

Les deux auteurs diplômés de Harvard, prix Pulitzer en 1991, ont déjà vendu 40.000 exemplaires de leur livre.

Sur place, on reste tout de même sceptique. Mais si l’office de tourisme d'Auvers-sur-Oise n’est officiellement pas convaincu par cette théorie, il mettra quand même en vente quelques exemplaires du livre. Pour alimenter le débat, attirer les curieux... Mais aussi pour faire vivre la légende de Van Gogh.

Van Gogh , par Steven Naifeh et Gregory White Smith est paru aux éditions Flammarion.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.