Des islamistes armés affirmant venir du Mali ont attaqué mercredi un site du géant pétrolier britannique BP dans le sud-est de l'Algérie et pris en otage plusieurs employés. Les forces algériennes seraient déployées en ce moment autour du site, un complexe perdu au coeur du désert.

41 occidentaux seraient retenus en otage, certains auraient pu s'échapper selon la télévision algérienne

L'attaque a eu lieu mercredi à l'aube dans la région d'In Aménas, à proximité de la frontière libyenne. Selon des informations encore très parcellaires, et notamment le site internet du quotidien algérien El Watan on compterait parmi les otages 41 salariés occidentaux, de neuf à dix nationalités différentes. Washington et Londres ont confirmé la présence d'au moins sept Américains et deux Britanniques parmi les otages. Selon les autorités algériennes cette fois, un Britannique et un Algérie auraient été tués. Six autres personnes ont été blessées dans l'attaque.

La télévision algérienne Ennahar parlait ce matin de 15 otages échappés, parmi eux deux français. Des informations à prendre avec prudence, le chiffre de 30 otages échappés ayant circulé un peu plus tôt dans la matinée. Ennahar a également annoncé la libération de 40 Algériens, dont la plupart sont des femmes employées comme traductrices.

Le quotidien Sud-Ouest indiquait par ailleurs ce matin avoir pu contacter un des otages Français de 52 ans,"bien traité", selon le journal. Cet homme originaire d'Anglet dans les Pyrénées-Atlantiques travaille pour la société CIS Catering, entreprise assurant l'hôtellerie du site gazier.

__

Le récit des faits avec Leïla Berrato, à Alger:

Par ailleurs l'agence algérienne ANI signalait en début d'après midi qu'un hélicoptère algérien avait bombardé le complexe gazier

Les ravisseurs: un groupe proche d'Aqmi

La trentaine d'assaillants lourdement armés répondraient aux ordres de Moktar Bel-Moktar, un des chefs historiques d'Al Qaida au Magreb Islamique (Aqmi). Dans leur communiqué, quelques heures après la prise d'otage, ils ont déclaré:

Nous annonçons avoir réussi une attaque de taille en réaction à la croisage des forces françaises au Mali

Alors doit-on craindre d'autres ripostes? Ecoutez le reportage de Dominique André

Les ravisseurs réclameraient la libération de 100 terroristes détenus en Algérie.

Représailles contre la France?

François Hollande affirme que "des ressortissants français pourraient être concernés par la prise d'otage ". Un porte-parole de l'ambassade de France à Alger a indiqué pour sa part qu'il "ne pouvait pas confirmer qu'un ressortissant français avait été pris en otage ", après des informations d'un député algérien de la région de Tamanrasset, Mahmoud Guemama, faisant état d'un Français parmi les captifs. __

Ecoutez le spécialiste du terrorisme Jean-Charles Brisard au micro de Bertrand Gallicher

__ Huit otages français sont déjà détenus au Sahel. Ce nouvel enlèvement intervient alors que l’armée française est déployée depuis six jours dans le pays. Les troupes françaises se déploient aujourd’hui au sol. Près de 800 militaires français sont engagés dans le conflit.

Ecoutez l'analyse de Mathieu Guidère, professeur des universités et spécialiste du monde arabe

La réaction de Claude Lellouche, député UMP spécialiste du Sahel

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.