Depuis la création d'Israël en 1949, Israéliens et Palestiniens cherchent un compromis territorial et institutionnel qui permettrait aux deux États de cohabiter pacifiquement. Les interventions et les promesses non tenues des grandes puissances étrangères du XXème siècle, avec en tête la France et la Grande-Bretagne ont troublé la géopolitique de la région. Tous les Présidents américains ont cherché ensuite à trouver une voie pour résoudre le conflit sans jamais réussir à faire signer un accord durable. Pour la première fois depuis plus d'un demi-siècle, la Palestine prend l'initiative et demande officiellement à l'ONU le statut de membre à part entière pour l'Étatde Palestine.

La Palestine, membre de l'ONU ?

Si les négociations ne reprennent pas d'ici la semaine prochaine, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas devrait présenter la demande d'adhésion d'un État de Palestine à l'ONU le 23 septembre. En coulisse, le États-Unis, l'Europe et Israël tentent de trouver une alternative pour éviter que Abbas aille au bout de sa démarche, une inititiative considérée comme unilatérale. Le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad Al-Malki, laissent la porte ouverte mais maintient la pression :

Nous allons soumettre notre demande pour devenir membre à part entière (...) Mais d'ici là nous sommes ouverts à toutes suggestions et idées qui pourraient venir de tous côtés pour reprendre des négociations sur des bases fermes, avec des termes de référence clairs, un calendrier clair et des garanties claires.

Les Palestiniens ne voient rien venir depuis le gel des négociations il y a un an. Les Israéliens proposent de reconnaître l'État palestinien à des conditions jugées inacceptables par les Palestiniens. Conséquence, l'Autorité palestinienne prend la main et tente de bouger les lignes en prenant les membres de l'ONU à témoin. Rien n'est encore très clair mais une chose est sûre : il n'y aura ni de déclaration unilatérale d'indépendance, ni de demande de reconnaissance. Mahmoud Abbas a deux possibilités :

  • Il peut demander une adhésion pleine d'un État de Palestine à l'ONU. Les États-Unis devraient alors utiliser leur droit véto.
  • La répresentation palestinienne pourrait demander le statut d'État non membre à l'image du Vatican.

Luc Lemonnier

Mahmoud Abbas estime que cette démarche est multilatérale puisqu'elle implique tous les membres de l'ONU et s'inscrit dans un long travail de diplomatie vers la reconnaissance d'un État. Le négociateur palestinien Mohammad Chtayyeh résume la ligne de son camp :

Nous avons commencé notre initiative pacifique en 1988 unilatéralement lorsque nous avons déclaré un Etat indépendant pendant la réunion du Conseil national palestinien à Alger, puis nous sommes passés de cet unilatéralisme à des pourparlers bilatéraux avec Israël et maintenant nous allons vers une formule multilatérale, les Nations unies.

Si rien ne devrait changer fondamentalement dans les relations israélo-palestiniennes après le 23 septembre, l'accès de la Palestine au statut de d'État non membre de l'ONU permettrait aux Palestiniens d'adhérer à de nombreuses organisations internationales comme la Cour pénale internationale ou le Traité de Rome.

{% flash %}

La longue route vers un embryon d' Étatpalestinien

  • 29 novembre 1947 : L'Assemblée générale de l'ONU adopte la résolution 181 sur le partage de la Palestine. Le plan prévoit la création de deux États, Jérusalem a un statut international. Les pays arabes rejettent en bloc la proposition.
  • 28 mai 1964 : L'OLP (Organisation de libération de la Palestine) est crée à l'occasion du premier Congrès national palestinien. Une charte revendiquant le droit à l'autodétermination et à la souveraineté pour les Palestiniens est adoptée.
  • 22 novembre 1974 : L'Assemblée générale de l'ONU reconnaît le droit des Palestiniens à l'autodétermination et à l'indépendance.
  • 6-9 septembre 1982 : Le plan de Fès est adopté. Il prévoit la création d'un État palestinien et le retrait israélien de tous les territoires occupés en 1967.

  • 15 novembre 1988 : Les pays arabes acceptent à Alger les résolutions 242 et 338 de l'ONU appelant au retrait israélien des territoires occupés en 1967. L'"État palestinien indépendant" est proclamé.
  • 13 septembre 1993 : Israël et l'OLP se reconnaissent mutuellement. Une Déclaration de principe sur une autonomie palestinienne transitoire de cinq ans est adoptée.

  • 1er juillet 1994 : Création de l'Autorité palestinienne.
  • 12 mars 2002 : Pour la première fois, le terme "État palestinien" est mentionné dans une résolution de l'ONU.
  • 30 avril 2003 : Une feuille de route est adoptée par l'Autorité palestinienne et Israël (sous réserve) chapeautée par l'ONU, l'UE, les États-Unis et la Russie. Elle prévoit la création d'un État palestinien avant 2005.
  • 14 juin 2009 : Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu accepte le principe d'un État palestinien à des conditions difficilement acceptables pour les Palestiniens.
  • 8 octobre 2010 : Le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas expose une série d'alternatives aux négociations de paix bloquées. Il demande à l'ONU l'adhésion d'un État de Palestine sur les frontières de 1967.
  • 26 juin 2011 : Mahmoud Abbas demande officiellement à l'ONU le statut de membre à part entière pour l'État de Palestine.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.