Cette année, le défilé du 14-Juillet a fait la part belle à l'innovation, priorité affichée du ministère des Armées. Passage en revue des merveilles de technologie entrevues ce dimanche place de la Concorde.

Image forte de ce défilé : l'arrivée de Franky Zapata en Flyboard au dessus des Champs-Élysées.
Image forte de ce défilé : l'arrivée de Franky Zapata en Flyboard au dessus des Champs-Élysées. © AFP / Lionel Bonaventure

C'est l'un des thèmes chers à Emmanuel Macron : l'innovation de défense a été largement mise en valeur ce dimanche, lors du défilé militaire du 14-Juillet sur les Champs-Élysées. En voici les exemples les plus marquants (liste non exhaustive).

L'homme volant 

Le public présent en bas des Champs-Élysées a retenu son souffle en voyant surgir cet homme volant casqué, vêtu de noir et rouge, à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du sol. 

Le Flyboard, plateforme volante propulsée par cinq réacteurs à jet d’air, peut atteindre 190 km/h, avec une autonomie d’une dizaine de minutes. L’homme volant qui a assuré la démonstration n’est autre que le Marseillais Franky Zapata, champion du monde de jet-ski et qui travaille au développement de plusieurs objets volants. 

"Cela peut servir aux forces spéciales si un bateau est attaqué ou piraté, par exemple", explique-t-il à France Bleu Provence.

Aujourd’hui, les militaires montent à bord avec des échelles ou des ventouses. Demain, ils auraient la capacité de voler jusque sur le pont du bateau. 

Le Flyboard avait déjà été testé au-dessus de la Seine au mois de novembre.

L'exosquelette

Sept kilos de titane, d’aluminium et de cuivre : voici l’exosquelette qui, grâce à de petits moteurs, permet aux militaires d’économiser leurs forces.

Le très débrouillard robot Stamina

Stamina est capable de se repérer sans GPS (pratique, quand les signaux sont brouillés) sur n’importe quel terrain, grâce à un système de navigation avec caméra embarquée. Il peut mémoriser des itinéraires en temps réel et est aussi capable, après avoir évité un obstacle, de revenir sur l’itinéraire suivi. L’armée envisage ainsi de l’utiliser pour transporter du matériel lourd à la place des militaires en opération, détaille Capital

Black Hornet, drone-espion de poche

Minuscule hélicoptère, ce nano-drone pèse 16 grammes tout mouillé. C’est sans doute l’engin de reconnaissance le plus léger au monde. Il est utilisé depuis 2016 par les soldats français de l’opération « Barkhane », au Sahel. 

Le robot-pompier Colossus

Son nom vous est familier ? Colossus est le robot-pompier utilisé lors de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame. Totalement modulable, il peut éteindre un feu, évacuer des blessés, apporter du matériel ou faire de la reconnaissance grâce à ses outils d’inspection vidéo et ses capteurs de gaz. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.