jean-marc ayrault contesté
jean-marc ayrault contesté © reuters

C'est la surprise du jour. Alors que les députés ont adopté en première lecture cet après-midi à l'Assemblée le projet de budget pour 2014, Jean-Marc Ayrault annonce "une remise à plat de la fiscalité." Annonce faite dans un entretien accordé aux Echos.

Le Premier ministre annonce même qu'il va recevoir l'ensemble des partenaires sociaux dans les prochains jours pour en discuter. Car il souhaiterait que cela aboutisse à l'horizon 2015.

Ecoutez Jean-Marc Ayrault.

Le Premier ministre sera demain l'invité de France Inter entre 8 heure 20 et 9 heures.

L'économiste Thomas Piketti était l'invité du journal de 18h d'Angélique Bouin. Il est économiste, professeur à l'Ecole d'économie de Paris et proche du Part Socialiste. Il défend depuis bien longtemps l'idée d'une grande réforme fiscale mais reste prudent aujourd'hui. "On ne sait pas encore ce que prépare le gouvernement ", explique-t-il.

### Des politiques partagés

Du côtés des politiques, pas de grosse surprise : la majorité salue l'initiative et l'opposition la condamne.

Pour Karine Berger, député socialiste et spécialiste du budget, c'est l'occasion de "mettre tous les Français d'accord ".

Pour Eric Woerth, ancien ministre UMP du budget, cette annonce traduit un "constat d'échec ".

Remettre à plat la fiscalité, c'est aussi ce que demande le Front de Gauche, qui appelle à une marche pour une révolution fiscale le 1er décembre prochain. François Delapierre, secrétaire national du Parti de Gauche, était l’invité de Claire Servajean.

La TVA augmentera bien

L'idée d'une remise à plat de la fiscalité intervient alors que la grogne fiscale est à son comble. Notamment contre la TVA qui augmentera bien le 1er janvier prochain. Sur ce point, pas question de céder, dit Jean-Marc Ayrault.

L'UMP n'a pas tardé à réagir. Pour Jean-François Copé, ce n'est vraiment pas le sujet en ce moment.

Du côté des syndicats, les premières réactions à l'idée d'une grande réforme fiscale sont plutôt favorables. Les syndicats indiquent qu'ils viendront discuter. Le patronat est plus réservé.

Pierre Gattaz, le président du Médef. Au micro de Véronique Julia.

De son côté, la présidente du Front national, Marine Le Pen , juge que :

Jean-Marc Ayrault n'a rien compris à l'absurdité de sa politique fiscale, qui crée de l'injustice, détruit de la croissance et accroît les déficits en diminuant les rentrées d'impôts.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.