Jean-Louis Trintignant est l'un des acteurs les plus populaires du cinéma français. Comédien subtil, il incarne souvent des personnages de jeune homme ambigu, mystérieux ou fragile. Le succès d’Un homme et une femme de Claude Lelouch le propulse véritablement vers le vedettariat.Il devient une figure essentielle du cinéma français, notamment chez Chabrol, Rohmer, Deville, Girod, Truffaut, Audiard... tout en continuant d’apparaître dans des productions internationales comme Le Conformiste de Bernardo Bertolucci.En près de 60 ans de carrière, il a joué dans 120 films. Coup de projecteur sur 5 d'entre eux.

Vivement dimanche
Vivement dimanche © Radio France

Vivement dimanche !

de François Truffautavec Fanny Ardant, Jean-Louis Trintignant et Jean-Pierre KalfonScénario : Jean Aurel, Suzanne Schiffman et François Truffaut, d'après le roman The Long Saturday Night de Charles WilliamsMusique : Georges DeleruePhotographie : Néstor Almendros

Date de sortie : 10 août 1983 Box office : 1 176 425

Une femme et son amant sont assassinés. Le mari, Julien Vercel, suspect n°1 decide de s'enfuir et de se cacher quelque temps. Sa secrétaire, Barbara Becker, éprise de son patron, mène sa propre enquête.

François Truffaut commence à s'interesser à ce roman de Charles Williams dans les années 60. Il essaie d'en acquérir les droits, mais sans succès. A l'époque, il avait songé à Jeanne Moreau pour le rôle de Barbara Becker. Vingt ans plus tard, c'est finalement Fanny Ardant, sa compagne, qu'il dirige. "l'idée m'est venu pendant une séance de rush de la femme d'à côté. On projetais une scène nocturne ou Fanny Ardant faisait le tour de la maison en imperméable. Quelqu'un a fait remarquer: c'est une ambiance série noire. Effectivement, Fanny Ardant avait l'air d'une héroïne de la série noire "

Pour le rôle de Julien Vercel, c'est Jean-Louis Trintignant qui prend l'initiative. Il envoie lui-même une lettre à François Truffaut pour lui faire part de son envie de participer au projet. Une missive pleine de franchise qui séduit le cinéaste. Plus tard, Truffaut ne tarira pas d'éloges sur Jean-Louis Trintignant, avouant qu'il aurait été l'acteur parfait pour nombre de ses films, comme L' Enfant sauvage , La Chambre verte ou La Nuit américaine .L'utilisation du noir et blanc Vivement dimanche ! se distingue par sa réalisation en noir et blanc. François Truffaut n'avait pas utilisé ce procédé depuis L' Enfant sauvage , en 1969. Il explique ce retour ainsi : "De tous les genres cinématographiques, c'est le film policier auquel convient le mieux le noir et blanc (...). Je voulais résister à la tyrannie de la couleur. " En effet, la télévision étant devenu un partenaire financier incontournable du cinéma depuis le début des années 80, s'obstine à refuser ce parti pris esthétique, au nom d'impératif de diffusion qui veulent que les films soient tournés en couleur. Mais fort du succès de son précédent film, le dernier métro, Truffaut réussit à imposer son point de vue. "Je voulais, en un sens, faire mon auto-critique, par rapport à un film plus ancien, la mariée était en noir, oui j'avais eu la faiblesse de mettre trop de soleil, trop de lumlière et ou de ce fait, le côté mystérieux des roman de William Irish avait été perdu ."

Le scénario de Vivement Dimanche ! est en apparence simple, construit sur des rebondissements et beaucoup d'invraisemblances. Invraisemblances que Truffaut assume. elle font partie de l'histoire. Elles contribuent à donner au film son style et son rythme. "J'ai demandé à Nestor Almendros de tourner très vite. Au début, il était choqué. Je ne comprends pas pourquoi vous êtes si pressé, vous avez gagné de l'argent avec le dernier métro; ce n'est pas pour faire des économies, mais pour faire un film qui ressemble à une série B "Pour l'anecdote Le film a été tourné dans la ville de Hyères juste avant la modernisation du centre urbain et la disparition du vieux cinéma. Ce film constitue un témoignage unique sur la ville à cette époque. Dans le film, Hyères n'est jamais citée, il est juste dit "La ville" par les personnages.

François Truffaut était un réalisateur fidèle. Avec Vivement dimanche ! il collabore une nouvelle fois avec sa fidèle complice, la scénariste Suzanne Schiffman. Dans La Nuit américaine , basé sur la propre expérience de François Truffaut, la comédienne Nathalie Baye incarne à l'écran le personnage de Suzanne Schiffman. C'est également sa neuvième collaboration avec le directeur de la photo Nelson Almendros et la onzième avec le compositeur Georges Delerue.

Vivement dimanche ! est le dernier film réalisé par François Truffaut, décédé le 21 octobre 1984 d'une tumeur cérébrale.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.