Yasser Arafat lors d'une visite au Danemark le 3 mai 1999
Yasser Arafat lors d'une visite au Danemark le 3 mai 1999 © domaine public / Hans Jørn Storgaard Andersen

Huit ans après, on saura peut-être enfin ce qui a causé la mort de Yasser Arafat. La dépouille du leader palestinien a été exhumée dans la matinée. Objectif : permettre aux experts internationaux de l'examiner, de réaliser des prélèvements, et de déterminer si oui ou non il a été empoisonné. Les résultats ne seront pas connus avant plusieurs mois.

Le reportage de Grégory Philipps à Ramallah :

1 min

E 7h30 Arafat

Car si officiellement, Yasser Arafat est mort suite à un accident vasculaire cérébral, de nombreux Palestiniens n'y croient pas. Certains évoquent un empoisonnement au polonium. C'est le cas par exemple de la veuve du leader historique, Souha Arafat, qui a porté plainte en France pour assassinat.

"Yasser Arafat savait qu'il avait été empoisonné" , assure une proche du leader.

C'est dans le cadre de cette enquête que l'exhumation a été demandée. Des experts français, suisses et russes ont examiné le corps et effectué des prélèvements. La tombe a ensuite été refermée, avant une cérémonie militaire pour "respecter celui qui est un symbole pour le peuple palestinien" , explique Taoufiq Tiraoui, président de la commission d'enquête palestinienne.

À Gaza par exemple, le nom de Yasser Arafat veut dire beaucoup. Reportage d'Antoine Giniaux.

1 min

E Gaza Arafat

La tombe d'Arafat est située dans un mausolée, au coeur de la Mouqaata, quartier général de la présidence de l'Autorité palestinienne à Ramallah, où il a notamment passé deux ans assiégé par Israël.

Yasser Arafat est mort à 75 ans, dans un hôpital militaire parisien. Il y avait été transféré avec l'accord de l'État hébreu. La thèse de l'empoisonnement a pris de l'ampleur après la diffusion en juillet dernier d'un documentaire d'Al-Jazeera. On y évoquait la présence sur les vêtements d'Arafat de quantités anormales de polonium, une substance radioactive particulièrement toxique.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.