La Galerie de l'Instant, à Paris, présente des photos très rares, voire inédites, de Frida Kahlo, artiste peintre devenue une légende. Des photos qui nous montrent un autre visage de l'artiste.

Frida Kahlo à New York, en 1933
Frida Kahlo à New York, en 1933 © Lucienne Bloch, Courtesy Galerie de l’instant, Paris

Derrière l’icône, le visage de la femme amoureuse, joyeuse et mélancolique. Les musées sont fermés pour cause de crise sanitaire, mais les galeries d’art restent ouvertes et proposent de passionnantes et gratuites expositions. C’est donc le moment d’oser pousser les portes des galeries.

À Paris, la Galerie de l’Instant, spécialisée dans la photographie d’art de légendes du XXe siècle (Marilyn, les Stones, Gainsbourg…) accueille avec beaucoup de chaleur un public très nombreux pour son exposition de photos inédites de Frida Kahlo : des clichés qui nous montrent une autre visage de l’artiste mexicaine devenue une légende.

À l’entrée de la galerie, une troublante photo signée par Lucienne Bloch : Frida Kahlo, cigarette à la main, est assise sous l’un de ses autoportraits. 

Frida au Barbizon Plaza Hotel, New York, 1933
Frida au Barbizon Plaza Hotel, New York, 1933 / Lucienne Bloch, Courtesy Galerie De L’instant, Paris

Une mise en abîme qui a fasciné Julia Gragnon, la directrice de la Galerie de l’Instant. L’an passé, quand elle découvre ce cliché à New York, c’est le coup de foudre. Elle l’achète et le poste sur Instagram. Quelques heures plus tard, la petite fille de la photographe entre en contact avec elle et très vite se concrétise cette exposition avec une vingtaine de clichés.

Des photos intimes

Une image loin de l’icône reproduite sur des mugs, tee-shirts et foulards. "D'abord, le noir et blanc rend les photos plus intimes tout en étant plus mystérieuses", explique Julia Gragnon.

"Tout le folklore autour de ses vêtements, de ses fleurs, de la couleur, cette espèce d'image d'Épinal de Frida Kahlo, ce n'est pas dans ces images-là qu'on va la retrouver."

Lucienne Bloch, artiste-peintre, était l’une des assistantes de Diego Rivera. Devenue amie de Frida Kahlo, en témoin privilégié de sa vie intime, elle a pu immortaliser sur le visage de Frida, des instants d’insouciance, de joie, d’amour et de mélancolie. On est ému devant une Frida Kahlo très épanouie, souriante, qui porte dans ses bras le bébé de son amie Lucienne Bloch. Une image inédite, poignante, celle d’un bonheur inaccessible pour cette femme meurtrie par une impossible maternité.

Frida Kahlo porte dans ses bras le bébé de son amie Lucienne Bloch
Frida Kahlo porte dans ses bras le bébé de son amie Lucienne Bloch / Lucienne Bloch, Courtesy Galerie de l’instant, Paris

Autres arrêts sur image : le baiser. Frida et le peintre Diego Rivera, son mari, enlacés à New-York en 1933. "Dans ce baiser là, on sent l'élan de son amour pour lui", note Julia Gragnon. "On sait qu'elle lui a tellement pardonné, qu'elle a dû beaucoup souffrir de ses nombreuses tromperies. Néanmoins, elle l'aime passionnément. Et dans ce baiser, on sent son abandon, qui n'est pas fréquent non plus d'ailleurs, sur les photos."

Diego et Frida s'embrassent, New York 1933
Diego et Frida s'embrassent, New York 1933 / Lucienne Bloch, Courtesy Galerie de l’instant, Paris

Mais le plus intriguant, c’est son regard quand elle veille sur Diego alors que celui-ci dort sur une pelouse, dans l’été du Michigan à Belle Island, en 1932. Dans la lumière des yeux noirs de Frida, un concentré d’amour, de reproches et de tristesse… Toute la force d’une photo.

Frida et Diego à Belle Island, en 1932
Frida et Diego à Belle Island, en 1932 / Lucienne Bloch, Courtesy Galerie de l’instant, Paris

>> Exposition Frida Khalo par Lucienne Bloch, à la Galerie de l'Instant, rue de Poitou dans le 3e arrondissement de Paris, jusqu'au 14 mars.