Certains futurs étudiants, échelon parfois 6 ou 7 sur les bourses du Crous, se sont vus refuser l'attribution d'un logement mercredi. De nombreux témoignages d'incompréhension ont été relayés sur Twitter.

De nombreux étudiants éligibles aux services du CROUS n'ont pourtant pas obtenu le droit à un logement étudiant
De nombreux étudiants éligibles aux services du CROUS n'ont pourtant pas obtenu le droit à un logement étudiant © AFP / AMAURY CORNU / HANS LUCAS

Quand il a vu les résultats, Fabio confesse avoir "un peu rigolé" : "J’ai du mal à le prendre au sérieux, à me dire que j’ai été refusé. Je ne m’y attendais pas, je pensais vraiment avoir mes vœux." Et pourtant : le jeune homme de 17 ans, qui va étudier à Aix-Marseille université l'an prochain, a vu tous ses vœux de logement refusés par le Crous. Un résultat à peine croyable pour le lycéen, qui vit seul avec sa mère et qui est classé échelon 6 sur les critères de bourse de l'établissement public (l'échelle va de 1 à 7, 7 donnant le droit aux aides maximales). 

"Je ne sais pas ce qui s’est passé de leur côté, lâche Fabio, démuni, dont la sœur qui étudie à Marseille a essuyé les mêmes refus. Je ne sais pas si leurs algorithmes fonctionnent mal ou s’il y avait beaucoup trop de demandes par rapport au nombre de places disponibles… J’ai même vu sur Twitter des gens échelon 7 qui ont été refusés."

"Si je n'ai rien par le Crous, je doit arrêter les études"

Échelon 7 et refusé, c'est le cas de Rayan. Le jeune homme de 19 ans, qui habite aux environs de Marseille, doit aller étudier à Paris l'année prochaine. "Je ne sais pas comment ils font les critères de sélection, je ne comprends pas. Échelon 7, je viens de loin, plus de 800 kilomètres… et rien du tout", déplore-t-il : "Ma mère n’a pas les moyens de me payer un loyer à Paris, ni même en banlieue. Je misais tout sur le Crous et j’ai été refusé de partout. Sur mes quatre demandes de logement, les quatre ont été refusées."

Des refus d'autant plus problématiques que l'acquisition d'un logement pour l'année prochaine conditionne l'avenir professionnel de Rayan : "Si je n’ai rien par le Crous, je dois arrêter les études. Soit le Crous à la phase complémentaire me trouve quelque chose, soit le Crous ne me trouve rien et je vais devoir arrêter." Fabio attend lui aussi la phase complémentaire d'attributions : "J’espère qu’il s’agit juste d’un bug, et qu’à la deuxième vague de demandes je vais pouvoir avoir un logement."

Jonathan*, étudiant en licence d'informatique, a lui aussi vu ses demandes refusées. Moins surpris, car il est à l'échelon le plus bas de la bourse, "0 bis". "Mais ces échelons sont assez mal faits. On ne roule pas non plus sur l'or, et je ne veux pas dépendre de mes parents", souligne-t-il. "Et je ne suis largement pas la seule personne à me plaindre. Énormément de gens se sont plaints, et beaucoup se retrouvent dans une situation où ils ne savent pas comment faire pour poursuivre leurs études."

Incompréhension sur Twitter

Fabio, Rayan et Jonathan ne sont pas les seuls. Un vent d'indignation a soufflé hier sur Twitter, le hashtag #CROUS se hissant en tête des tendances sur le réseau social, avec de nombreux témoignages très relayés d'étudiants estomaqués de ne pas avoir de logement attribué pour l'an prochain : 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Des situations d'autant plus pénibles pour les étudiants ou les futurs étudiants qu'ils ont dû attendre pour avoir les résultats. Initialement prévue à 17h mardi, l'attribution des logements a été retardée à mercredi matin à la suite d'un "problème technique" selon l'organisme. "Un retard d’une demi-journée a été constaté sur les résultats du 1er tour d’affectation des étudiants dans les logements du parc des CROUS. Ce retard a généré une forte attente et une affluence répétée à la centrale logement", confirme le Crous, joint par France Inter.

Le Crous propose de retenter sa chance

L'établissement public réagit aux plaintes des étudiants qui s'estiment lésés : "Probablement du fait des inquiétudes qu’a pu susciter la crise sanitaire, un nombre plus important d’étudiants que les années précédentes a demandé à être renouvelé dans son logement pour l’année prochaine, notamment des étudiants boursiers. Par voie de conséquence, les possibilités d’accueil de nouveaux étudiants ont été réduites."

"Des demandes nombreuses, très ciblées, peuvent susciter des difficultés pour obtenir le logement désiré", explique aussi le Crous à France Inter : "S’ils ont accepté cette possibilité, les étudiants dont les premiers vœux n’auraient pas été satisfaits, se voient proposer une offre de substitution dans le cadre du premier tour", ajoute-t-il, tout en soulignant que les boursiers des échelons les plus élevés sont "absolument prioritaires". 

Le Crous incite donc à effectuer une nouvelle demande "en se positionnant directement sur les offres disponibles, d’autant que, en fonction des résultats du bac, il est possible que des étudiants qui avaient réservé un logement se désistent, rouvrant une offre nouvelle." Une phase complémentaire d'attribution des logements sera ouverte le 9 juillet.

*Le prénom a été modifié

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.