La jeune femme de 33 ans, connue pour son appartenance à l'extrême droite, a contesté en garde à vue les faits qui lui sont reprochés. D'après les procès verbaux que France Inter a pu consulter, elle a expliqué avoir voulu "dénoncer les décisionnaires" de la politique sanitaire du gouvernement.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a partagé l'image sur Twitter en dénonçant une "pancarte abjecte"
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a partagé l'image sur Twitter en dénonçant une "pancarte abjecte" © capture d'écran Twitter

Béret sur la tête, elle avait été photographiée cet été lors d'une manifestation anti-pass sanitaire en train de brandir une pancarte antisémite : Cassandre Fristot, enseignante mosellane et ex-candidate FN aux élections législatives de 2012 comparaitra ce mercredi 8 septembre à Metz pour "provocation publique à la haine raciale". Elle encourt un an d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende. Au cours de sa garde à vue, elle a assuré ne pas comprendre ce qui lui était reproché. 

"Mais qui ?"

Retour au point de départ. C'était le samedi 7 août au cœur de l'été et au plus fort des manifestations contre le pass sanitaire, dont l'extension était sur le point d'entrer en vigueur. Au sein du cortège qui défile à Metz (Moselle), une jeune femme est photographiée en train de brandir fièrement une pancarte. On y lit les noms de plusieurs responsables politiques, intellectuels et hommes d'affaires : Rothschild, Fabius, Attali, Buzyn,  Véran, Attal, Macron, Salomon, Soros, Drahi, ou encore B.H.L. Au milieu de l'écriteau, en lettres rouges et surmontée de cornes, l'interrogation "Mais qui ?", devenue le nouveau slogan des milieux antisémites. Et, en blanc, une autre mention : "traîtres". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le cliché provoque un tollé. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin dénonce une pancarte "abjecte". Deux jours plus tard, la jeune femme, professeure d'allemand, est interpellée et placée en garde à vue. Du côté de l'Éducation nationale, décision est prise de la suspendre dans l'attente "des suites disciplinaires".

"Dénoncer les puissants

Face aux policiers qui l'interrogent, Cassandre Fristot, 33 ans, a nié tout antisémitisme. "Je voulais simplement dénoncer les puissants, et non porter atteinte à une communauté, une ethnie ou qui que ce soit", insiste la jeune femme, dans les PV que France Inter a pu consulter. "Les personnes mentionnées sur la pancarte le sont uniquement en vertu de leur fonction politique ou de leur notoriété". Elle jure avoir voulu dénoncer la politique sanitaire menée par l'exécutif, notamment le pass sanitaire qui "impose une discrimination entre les Français". 

La pancarte aurait été inspirée d'un modèle trouvé sur internet. "J'avais regardé sous la recherche 'image manifestation" des slogans ou des logos pour m'en inspirer", explique l'enseignante. Interrogée sur le drapeau qu'elle tient dans l'autre main, sur lequel on lit "cœur sacré de Jésus, espoir et salut de la France", elle répond : "Malgré les fleurs de lys, même si ça peut faire allusion à un drapeau royaliste, c'est surtout un message de paix". 

Des cibles "choisies parce que juives"

Une ligne de défense balayée par Simon Burkatzki, avocat au barreau de Strasbourg et conseil de la Licra, partie civile au procès. "Cassandre Fristot a choisi des personnes qui pour la plupart sont juives. En quoi Soros ou Rothschildont-ils un lien avec la politique sanitaire en France ? Aucun ! Ces personnes ont été choisies parce que juives. Lorsqu'on les qualifie de "traitres", il y a une provocation à l'égard d'un groupe social identifiable et identifié, à savoir les personnes d'origine ou de confession juive."

Elle aurait pu écrire nom du premier ministre, Castex. Elle ne l'a pas fait."

Dossiers complexes

Pour autant, certaines associations ont préféré s'abstenir de se porter partie civile : obtenir une condamnation dans ce type de dossier est souvent malaisé. "La provocation à la haine raciale suppose un appel manifeste, une exhortation. C'est par exemple une affiche sur laquelle on écrirait 'mort aux juifs'", explique ainsi l'avocat Stéphane Lilti, spécialisé dans la lutte contre l'antisémitisme et le racisme.

Or ici, selon lui, le message n'est pas suffisamment clair pour tomber de façon certaine sous le coup de la loi. "Je crains qu'on n'arrive pas à prouver qu'il y a une exhortation et que les poursuites tournent court". Stéphane Lilti regrette aussi la médiatisation de l'affaire. "On a fait de Madame Fristot une Jeanne d'Arc de l'extrême droite. Il aurait mieux valu la laisser dans l'anonymat dans lequel elle croupissait", tance l'avocat avec colère.

Contacté, l'avocat de Cassandre Fristot, Paul Yon, ancien avocat du négationniste Robert Faurisson - n'a pas répondu à nos sollicitations. Le procès se tiendra mercredi à 14h devant le tribunal de Metz.