Le 9 novembre 1970 disparaissait le général de Gaulle. Pour marquer le 50e anniversaire de sa mort, Arte diffuse en ce moment "De Gaulle à la plage", une série animée qui, en trente épisodes de deux minutes, restitue avec brio l'humour de la bande dessinée éponyme de Jean-Yves Ferri. Nous l'avons rencontré.

Capture d'écran du dessin animé "De Gaulle à la plage"
Capture d'écran du dessin animé "De Gaulle à la plage" © Cube Creative Production

FRANCE INTER : Passer de l'image fixe à l'animation, cela n'a rien d'évident. Vous êtes satisfait du résultat ?  

JEAN-YVES FERRY : "Je trouve que Philippe Rolland a bien respecté l'humour du livre, ce qui n'était pas évident car il n'est pas basé sur la rapidité ou le mouvement. C'est plutôt un livre lent, assez contemplatif, qui joue sur les silences et l'ambiance. Et Philippe Rolland a parfaitement bien pigé ça !"

Il faut une sacrée dose d'imagination pour trouver du potentiel comique à Charles de Gaulle, non ?  

"Mon idée était d'en faire un Monsieur Hulot. Je me suis toujours étonné qu'on ne les rapproche pas tous les deux, car ils ont un peu la même silhouette. De Gaulle a un vrai potentiel comique, cela m'a toujours frappé. Même quand vous voyez des films ou des téléfilms, comme il y en a pas mal en ce moment, il y a un aspect comique, ne serait-ce que physique. De Gaulle dépasse un peu tout le monde, il paraît toujours un peu ailleurs. J'ai inventé le personnage mais il aurait pu exister !"

Affublé d'un short militaire remonté jusque sous les aisselles et de tongs, De Gaulle s'ennuie passablement sur la plage en cet été 1958. Pourquoi avoir choisi cette période ?

"À ce moment-là, De Gaulle est un peu à la marge. Il a quitté le gouvernement provisoire en 1946 et il est tout étonné que personne ne le rappelle. Il va passer des années un peu mélancoliques entre Colombey-les-Deux-Églises et d'autres endroits. Et c'est un peu cette ambiance-là que j'ai voulu retranscrire, ce moment où il est un peu ailleurs. Il prend le large, c'est le cas de le dire !"

Pourtant on n'a jamais vu De Gaulle en maillot sur une plage !

"Non seulement il n'y a pas de photo, mais je crois que son fils raconte dans des entretiens qu'il n'a jamais vu son père en pyjama ou en maillot de corps ! Il avait l'habitude d'aller du côté de Calais, dont était originaire sa femme. Et il y a effectivement un endroit où ils avaient l'habitude d'aller où on le voit avec la petite Anne (sa fille) sur un transat... Mais il est en costume !"

Pourquoi l'idée d'un grand Charles à la plage alors ?

"Vous savez, nous, les dessinateurs, on 'crobarde' et puis je crois qu'un jour j'ai fait un petit dessin. Je devais penser à De Gaulle, je ne sais plus pourquoi, je l'ai représenté en maillot et je me suis dit que cela faisait un choc ! Bizarrement, le mettre à la plage permettait de raconter quelque chose de lui par contraste. Vous mettez De Gaulle à la plage face à une bouée ou à la baignade et immédiatement, si vous conservez le caractère du personnage, cela devient marrant. Je ne suis pas persuadé qu'un film avec acteurs en dise plus sur l'homme. D'ailleurs, contrairement à ce qu'on dit, De Gaulle aimait bien le dessin de presse et le dessin satirique. Lors d'un conseil des ministres, il a même rebaptisé tous ceux qui étaient présents de noms de gaulois dans Astérix !"

Justement, vous travaillez sur le prochain Astérix et Obélix avec le dessinateur Conrad. Où en êtes-vous ?

"Le scénario est bouclé, mais pour la sortie il faudra attendre octobre 2021."