L'agence européenne du médicament a délivré ce jeudi son autorisation au vaccin américain Johnson & Johnson, ce qui, quand la France par le biais de la Haute autorité de santé, l'aura aussi validé, permettra d'accélérer la campagne de vaccination. Son arrivée sur le territoire est prévue – a priori – pour avril.

Le vaccin du laboratoire américain Johnson & Johnson, devrait être approuvés par l'UE ce jeudi
Le vaccin du laboratoire américain Johnson & Johnson, devrait être approuvés par l'UE ce jeudi © AFP / Kamil Krzaczynski

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a donné son feu vert ce jeudi au vaccin contre le Covid-19 de Janssen, filiale de Johnson & Johnson (J&J), le quatrième autorisé dans l'Union européenne. La Haute Autorité de Santé (HAS) pourrait donc rendre son propre avis sur le vaccin d'ici la fin de la semaine. 

L'intérêt majeur de ce vaccin est qu'il ne nécessite qu'une seule dose, c'est en tout cas ce qui est actuellement prévu. Actuellement, car on ignore encore la durée de protection. Peut-être faudra-t-il envisager un rappel, mais ce serait dans plusieurs mois, quand l'horizon vaccinal se sera alors éclairci.

L'efficacité du Johnson & Johnson est importante sur les risques de formes sévères : 85%. Elle est moindre sur les formes symptomatiques : 66%, mais ce ne sont pas celles-là qui inquiètent le plus.

Un vaccin "classique"

Ce vaccin à vecteur viral, tout comme AstraZeneca et le vaccin russe Spoutnik V, agit aussi sur les variants, même le sud-africain. Il se conserve à une température entre 2 et 8 degrés, donc ne pose pas de problème de stockage. Il serait vendu à prix coutant soit un peu moins de 7 euros. C'est plus du double pour Pfizer et Moderna.

À priori, donc, son arrivée suscite beaucoup d'attente, mais il connaitrait des problèmes de production : selon des sources européennes, Johnson & Johnson aurait du mal à respecter son engagement de livrer 55 millions de vaccins à l'Union européenne au deuxième trimestre 2021.

Pour l'instant son arrivée est prévue pour avril. Un coup de pouce lui sera donné par Sanofi. Le laboratoire français devrait lancer la production du vaccin américain sur son site du Rhône au cours du troisième trimestre.