Vous souhaitez participer à la mise au point d'un vaccin contre la Covid-19, et faire avancer la recherche ? À compter de ce jeudi, c'est possible, grâce à une plateforme nommée Covireivac. Jusqu'à 25 000 volontaires vont être recrutés d'ici la fin de l'année.

Les nouvelles phases de tests pour les vaccins devraient commencer à la fin de l'année
Les nouvelles phases de tests pour les vaccins devraient commencer à la fin de l'année © AFP / ANDREW CABALLERO-REYNOLDS

C'est avant la fin de l'année, ou au plus tard au début de l'année prochaine, que les effets de phase 2 – pour étudier la réponse immunitaire – et de phase 3 – destinés à tester l'efficacité et la sécurité des vaccins vont démarrer, dans le cadre de la recherche contre la Covid-19. Pour cela, les chercheurs ont besoin de volontaires pour tester ces produits, des participants de plus de 18 ans qui se seront inscrits en ligne. La plateforme dédiée, Covireivac, ouvre ce jeudi. Au total, quelque 25 000 volontaires seront recrutés. 

"Dans ces essais, on doit avoir un certain nombre de personnes âgées de plus de 65 ans, mais aussi de plus de 80 ans, explique la Pr. Odile Launay de l'hôpital Cochin, coordinatrice de ce projet de l'Inserm. "Mais on va avoir aussi des personnes exposées à des risques graves comme des gens qui ont un diabète, des problèmes cardio-respiratoires, etc. Et on va aussi chercher des personnes qui sont peut-être plus exposées au risque, comme des gens en contact avec le public, donc c'est très ouvert". 

Un suivi pendant et après les essais

Plusieurs vaccins seront testés : des vaccins français jugés "importants" par le comité scientifique. Les tests impliqueront une ou deux injections, et les volontaires, comme pour tout essai, devront se surveiller : "Ces gens vont devoir être vigilants sur des signes cliniques, des symptômes qu'ils vont développer après la vaccination. On va leur demander de revenir pour faire des prélèvements, donc il va falloir une certaine disponibilité, précise Odile Launay, mais c'est compatible avec une vie professionnelle, familiale et sociale, bien sûr". 

Les volontaires seront suivis en permanence pendant les essais, mais aussi à la fin, par un dispositif spécifique incluant l'Agence nationale de sécurité du médicament et des médecins généralistes pour s'assurer de la sécurité des vaccins à plus long terme.