À compter de ce jeudi, l'initiative "United we stream", lancée pendant le confinement en Allemagne, s'installe aussi en France. Pendant tout le week-end, des DJ majeurs joueront dans les grands clubs parisiens, restés fermés malgré le déconfinement.

Une fête, ici organisée en 2019 à l'Aquarium à Paris
Une fête, ici organisée en 2019 à l'Aquarium à Paris © AFP / Juliette PAVY / Hans Lucas

Ces lieux font partie de ceux qui, jusqu'à présent, sont les grands oubliés du déconfinement, dont la date de réouverture n'a pas encore été évoquée : les boîtes de nuit. Lieux par excellence de la fête et du contact physique, elles pourraient rester fermées au moins une partie de l'été.

Ainsi, les initiatives initiées pendant le confinement dans le monde de la nuit et de la musique électro se prolongent, et élargissent même leur spectre. Lancé par les clubs berlinois au début du confinement, le projet "United We Stream" se déploie à Paris ce week-end, organisé par l'association Technopol, organisatrice de la techno parade. 

Quatre lieux de la nuit parisienne participent à cette opération : tout en restant fermés au public, La Java, la péniche Petit Bain, le Rex Club et Ground Control hébergeront les longues sessions de mix tous les soirs. 

Parmi les têtes d'affiche de ces sessions, on trouve les DJ vedettes Kiddy Smile et Cassius, qui assureront la première soirée aux côtés de Crystallmess, Miley Serious et Crame. Tout au long du week-end, d'autres DJ et musiciens ou musiciennes électro, comme Louise Chen, DJ Deep, S3A ou Maud Geffray

L'ensemble des prestations sera visible sur la page Facebook du projet United We Stream France, ainsi que sur la plate-forme Arte Concert, qui propose en replay les précédentes itérations de cette initiative. Après Berlin, "United We Stream" s'est étendu à 49 villes du monde, de Téhéran à New-York, en passant par Hô-Chi-Minh Ville et Dubaï. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.