Jean-Louis Muller aux Assises de Meurthe et Moselle
Jean-Louis Muller aux Assises de Meurthe et Moselle © MaxPPP/L'Est Républicain/Alexandre Marchi

Condamné à tort pour le meurtre de sa femme, Jean-Louis Muller a obtenu réparation de la justice pour ses 600 jours en prison, trois procès d'assises et 14 ans de bataille judiciaire

Depuis la découverte du corps de sa femme, Jean-Louis Muller aura été détenu à quatre reprise entre 2001 et 2011, durant 600 jours au total.

Les 367.000 euros sont justifiés par la justice, au titre du préjudice moral :74.000 euros. Près de 125.000 euros au titre des pertes de revenus et 140.000 euros pour la perte du cabinet médical de Jean-Louis Muller. Si elle est allée nettement au-delà de ce que proposait l'Etat - 89.000 euros d'indemnisation -, l'autorité judiciaire a toutefois refusé d'indemniser le préjudice relatif à la perte de chance de poursuivre une carrière professionnelle prospère, ce que le docteur Muller ne comprends pas.

Me Eric Dupond-Moretti, qui réclamait plus de deux millions d'euros pour son client, a indiqué qu'il se réservait la possibilité d'interjeter appel de la décision. Il a dix jours pour contester la décision devant la Commission nationale de réparation des détentions de la Cour de cassation.

Les explications d'Olivier Vogel et du Dr. Muller

Placé en détention à quatre reprises

En 1999 le corps de Brigitte Muller est retrouvé dans la cave de la maison familiale, un pistolet à ses pieds. D'abord classée, l'enquête a ensute été rouverte sur l'insistance de la famille de la victime, qui ne s'est jamais résolue à la thèse de suicide. Des analyses complémentaiers ont montré que la femme avait moins de poudre sur les mains que son mari et ça a conduit le médecin devant les Assises, où il a été condamné à deux reprises à 20 ans de réclusion criminelle pour meurtre. Puis, une décision de la Cour de cassation avait ouvert la voie à un troisième procès d'assises à Nancy où le Dr Muller a été acquitté le 31 octobre 2013.

La France n'est pas très généreuse en matière d'indemnisation

La plus importante indemnisation a été accordée en septembre 2012 à Loïc Sécher, 51 ans. Il a obtenu 797.352 euros pour sept ans et trois mois de détention. Soit à peine plus de 100.000 euros par an.

Après 15 ans derrière les barreaux, Patrick Dils, 33 ans, acquitté en juin 2003 du meurtre de deux enfants en 1986 près de Metz, avait obtenu 700.000 euros (un million d'euros, en comptant la somme allouée à ses parents et son frère, ainsi que le remboursement des frais de justice).

Rapporté au nombre de jours de détention, le record revient à Christine Villemin, qui avait reçu 62.504 euros après avoir passé 11 jours de détention provisoire en 1985, injustement inculpée de l'assassinat de son fils Grégory.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.