Ouverture du procès en correctionnel de l'incendie de l'hôtel Paris-Opéra
Ouverture du procès en correctionnel de l'incendie de l'hôtel Paris-Opéra © Max PPP

Il avait fait 24 morts, dont neuf femmes et onze enfants, tous d'origine étrangère et mal logées. L'incendie de l'hôtel Paris-Opéra en avril 2005 est depuis devenu un procès en correctionnel. Jusqu'au 22 novembre, quatre personnes comparaissent pour homicides et blessures involontaires devant le tribunal correctionnel de Paris.

Les quatres personnes inculpées sont le veilleur de nuit et sa petite amie de l'époque ainsi que ses parents, gérants de l'établissement. L'incendie avait été déclenché par Fatima Tahrour qui, dépitée d'être maltraitée par son petit ami selon son avocat, aurait jeté des vêtements sur des bougies allumées. Pris au piège des flammes, certaines personnes paniquées avaient alors été jusqu'à jeter leurs enfants par les fenêtres pour tenter de les sauver.

"On était coincés comme des rats": reportage de Sara Ghibaudo

A l'époque: 22 familles étaient hébergées dans cet hôtel - 77 personnes pour une capacité d'accueil de 62 - la plupart envoyées là, via des associations, par le Samu social. Une employée de la préfecture ayant réalisé un contrôle dans l'établissement trois semaines avant le drame, ainsi que la directrice régionale du Samu social devaient être entendue au cours du procès. Mais ni l'une, ni l'autre ni d'ailleurs aucune autorité n'ont vu leur responsabilité engagée.

Le veilleur de nuit et sa petite amie encourent tous deux trois ans de prison, le couple de gérant cinq ans.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.