Sur la messagerie Telegram, la jeune fille a exprimé son intention de passer à l'acte en France. Elle a été interpellée jeudi dans le cadre d'une opération antiterroriste à Melun

la jeune fille a rédigé des messages, sur Telegram, dans lesquels elle se dit prête à commettre un attentat
la jeune fille a rédigé des messages, sur Telegram, dans lesquels elle se dit prête à commettre un attentat © Maxppp / Le Parisien/Arnaud JOURNOI

L'intention de commettre un attentat était là, semble-t-il. Une jeune fille de 16 ans interpellée jeudi à Melun a été présentée ce lundi à la justice en vue d'une mise en examen. C'est une première en France semble-t-il, pour une femme.

Autant des femmes ont déjà été arrêtées sur la route du djihad, autant on est ici face à un profil plus singulier. Jusqu'ici, l'adolescente était inconnue de la justice. C'est son compte sur la messagerie chiffrée Telegram, très prisée des djihadistes, qui a attiré l'attention des enquêteurs.

Sur Telegram, la jeune fille administrait un groupe, et relayait de nombreux messages de propagande de l'organisation Etat Islamique. Elle a aussi rédigé elle-même d'autres messages dans lesquels elle se dit prête à commettre un attentat. Même si elle n'avait, semble-t-il, pas de projet précis tout indique une adhésion totale à l'idéologie djihadiste.

Les policiers du Raid ont donc perquisitionné le domicile familial jeudi, à Melun, en Seine et Marne. Ils n’ont pas trouvé d'armes ou d'explosif. Seulement de nouvelles vidéos de propagande sur l'ordinateur.

Le parquet de Paris va demander son placement en détention provisoire.

Pour mémoire, c'est via la messagerie Telegram que les deux assassins du Père Hamel, à Saint Etienne du Rouvray se sont connus.

► POUR EN SAVOIR PLUS | Le service de messagerie Telegram bloque des comptes liés à Daech et également Terrorisme : ces messageries sur lesquelles les renseignements se cassent les dents

Derniers articles