Thierry Henry et le capitaine irlandais Richard Dunne en 2009
Thierry Henry et le capitaine irlandais Richard Dunne en 2009 © Reuteurs / Charle Platiau

John Delaney, directeur général de la fédération irlandaise de football, a confirmé jeudi soir une information révélée par la presse l'an dernier : en 2010, la Fifa a payé cinq millions d'euros à l'Irlande, éliminée du Mondial suite à une main du joueur français.

Ç'avait presque été un drame national, voire international : l'élimination en barrages de l'Irlande, suite à une erreur d'arbitrage qui a accordé un but français après une main de Thierry Henry . L'Eire avait du coup été privée de Mondial en Afrique du Sud. Le joueur français lui-même s'en était ému après le match.

Ce qu'on ne savait pas, en revanche, c'est qu'à quelque chose malheur est bon, et que l'Irlande a été largement indemnisée pour ce préjudice footballistique : cinq millions d'euros de dédommagement, et selon John Delaney c'est Sepp Blatter lui-même qui a mené la négociation. Une preuve supplémentaire, deux jours après la démission du président de la Fifa, que tout se monnaye au sein de l'organisation ...

Le décryptage de Franck Ballanger

56 sec

Fifa : Une main et cinq millions d'euros

En 1986, quand Diego Maradona avait marqué un but de la main contre l’Angleterre en quart de finale de la Coupe du monde au Mexique, la Fifa n’avait pas indemnisé les Anglais (jusqu’à preuve du contraire). Peut-être parce qu’il s’agissait de la fameuse "main de Dieu". Les Irlandais ont donc été plus chanceux , dans le rôle des corrompus.

Dans le rôle du corrupteur,la Fifa et son président Sepp Blatter, paternaliste en diable, qui dédommage l’un de ses enfants malheureux. Dans ce cas précis, pas de match acheté, pas d’élection traficotée, ou de vote soudoyé : seulement un petit arrangement entre coquins. Parce qu’à la Fifa, tout s’achète, et tout le monde est à vendre.

En France, beaucoup avaient pleuré avec les Irlandais après ce but horrible de Thierry Henry et cette qualification peu glorieuse. Il ne fallait pas : les dirigeants irlandais avaient déjà monnayé leur chagrin.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.