Les enquêtes sur cet accident ne sont pas terminées
Les enquêtes sur cet accident ne sont pas terminées © maxppp

Au lendemain de l'accident de train près de Pau, la SNCF en sait un peu plus sur les causes du drame. Les premiers éléments de l'enquête démontrent que le chauffeur se serait bien arrêté au signal rouge.

La Sncf en sait un peu plus sur l'accident près de Pau qui a fait une quarantaine de blessés dont deux graves. Le TER s'est bien arrêté à un signal rouge.

En revanche, il n'a pas réduit sa vitesse à 30 kilomètres heure comme il aurait dû le faire selon la procédure.

Pour une raison inexpliquée, le conducteur est reparti à une vitesse normale. Dans cette portion de ligne où il n'y a qu'une voie, il ne peut donc y avoir qu'un seul train au même moment. Un TGV était encore sur cette portion et c'est pour cette raison que le TER l'a percuté.

Les enquêtes détermineront si le chauffeur a reçu à tort un signal lui permettant de repartir ou s'il est reparti sans autorisation. Au lendemain de la collision, le parquet de Pau a ouvert une information judiciaire pour "blessures involontaires". Ce vendredi, deux personnes sont toujours en réanimation parmi les 13 hospitalisées. "Les premiers actes d'enquête semblent révéler le fonctionnement anormal d'une borne de signalisation" a expliqué le parquet, comme la SNCF dès jeudi soir.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.