36 quai des Orfèvres
36 quai des Orfèvres © CC Audesou

Les policiers du 36, quai des Orfèvres accusés du viol d'une Canadienne s'apprêtent ont été présentés devant un juge d'instruction et deux d'entre eux mis en examen.

Le parquet requérait leur placement en détention mais ils ont été libérés et placés sous contrôle judiciaire. Le troisième policier également déféré hier a été placé sous le statut de témoin assisté .

Les trois hommes ont, de plus, été suspendus de leurs fonctions par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

"L'affaire jette l'oprobre sur une brigade" : Pierre-Henri Brandey, porte-parole du ministère de l'Intérieur

Enfin, un quatrième policier initialement mis en cause a été remis en liberté, sans aucune charge.

Une soirée qui tourne mal ?

D'après le récit de la touriste canadienne, le groupe se serait rencontré mardi soir dans un pub irlandais du quartier Saint-Michel, situé non loin du siège de la police judiciaire parisienne et où celle-ci a ses habitudes.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Le mythique 36, quai des Orfèvres fête son centenaire

Quatre policiers l'auraient ensuite emmenée dans les locaux mêmes de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) où elle aurait été victime de viol. La jeune femme de 34 ans, vraisemblablement sous le choc, a ensuite été porter plainte au commissariat du IVe arrondissement. Son récit des faits a été jugé crédible par les enquêteurs.

Un rapport sexuel reconnu

Quatre policiers ont été placés en garde à vue vendredi. Selon l'un d'eux, une fois le groupe arrivé au 36, quai des Orfèvres, la jeune femme aurait continué à boire puis se serait déshabillée toute seule. Mais un autre a reconnu un rapport sexuel, consenti selon lui.

Des témoins affirment qu'elle était consentante : les précisions de Franck Cognard

Des prélèvements médicaux ont été réalisé sur la jeune femme, mais on ignore encore les résultats.

Scène de crime maquillée ?

En plus des accusations de viol, les policiers pourraient être mis en examen pour modification de l'état des lieux d'un crime. D'après les premiers éléments de l'enquête, il semblerait qu'ils aient ainsi effacées les traces de leurs méfaits supposés, en cachant notamment les collants et les lunettes de la jeune femme.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.