un commissaire nie toute implication dans la tentative d'assassinat contre karim achoui
un commissaire nie toute implication dans la tentative d'assassinat contre karim achoui © reuters

Verdict surprise hier au procès de la tentative d'assassinat contre l'avocat parisien Karim Achoui : les six accusés sont tous acquittés. Le procureur réclamait 20 et 15 ans de prison pour deux d'entre eux.

Six ans d'enquête et d'instruction, et au final trop de zones d'ombres pour condamner qui que ce soit. Les six hommes jugés pour tentative d'assassinat en 2007, contre l'ex-avocat parisien Karim Achoui, ont finalement tous été acquittés faute d'éléments suffisants pour les condamner.

Un verdict surprenant, mais seulement à première vue... Explications de Franck Cognard.

L'ex-ténor du barreau lui-même trouve la décision en partie positive.

Dans le doute, en France, on acquitte, c'est la règle. D'un autre côté, c'est un naufrage judiciaire. J'apprends aujourd'hui que cinq accusés n'avaient rien à faire dans le box et que pour le sixième, que j'ai reconnu formellement, cela n'a pas été suffisant.

Karim Achoui affirmait en effet identifié le tireur, à son regard (il portait un casque pendant l'agression). Selon lui, il s'agissait de Rudy Terranova, 35 ans. L'avocat général réclamait 20 ans de prison à son encontre, 15 ans contre Mamadou Ba, le pilote présumé de la moto utilisée pour attaquer l'avocat. Contre les autres, le parquet avait été contrait de requérir l'acquittement.

Les précisions de Sophie Parmentier.

Aujourd'hui radié du barreau pour ses pratiques douteuses, Karim Achoui avait été atteint par deux balles de gros calibre le soir du 22 juin 2007, alors qu'il quittait son cabinet du 7e arrondissement.

Procès "hors du commun"

Dans son réquisitoire, l'avocat général a estimé que ce procès était tout sauf banal. D'abord en raison de la personnalité particulière de la victime, Karim Achoui, régulièrement absent des audiences (y compris pendant le réquisitoire). Mais aussi par les incidents répétés provoqués par les accusés.

Pour lui, Karim Achoui s'est lui-même "brûlé les ailes" par ses "pratiques douteuses" et une conception "déviante" de son métier. Ce dernier défendait la théorie du complot, fomenté par des policiers furieux de ses succès au tribunal comme défenseur de "grands voyous".

Karim Achoui avait lui-même été condamné en 2008 par la cour d'assises de Paris à sept ans de prison pour complicité de tentative de meurtre et complicité d'évasion d'Antonio Ferrara. Il avait finalement été acquitté en appel en 2010, mais radié du barreau un an plus tard dans une autre affaire.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.