Karim Benzema, auteur d'un doublé pour son premier match au Mondial
Karim Benzema, auteur d'un doublé pour son premier match au Mondial © Reuters

La Fédération française de football a décidé de se porter partie civile dans l'affaire de chantage à la sextape qui oppose les deux joueurs de l'équipe de France. Elle aura ainsi accès au dossier et indique vouloir "prendre toutes les mesures adaptées à la situation".

Quelques heures auparavant, Mathieu Valbuena (la victime dans l'affaire) avait accordé un entretien au Monde, où il mettait en cause directement Karim Benzema.Il assure que ce dernier l'a "indirectement" incité à payer les maîtres-chanteurs en possession de sa sextape, dont un ami d'enfance de son coéquipier.

Dans son communiqué, la FFF sous-entend qu'en ayant accès au dossier, elle pourra déterminer s'il faut ou non prononcer dès que possible d'éventuelles sanctions disciplinaires contre Karim Benzema. "[La Fédération] se réserve le droit, en fonction de l'évolution du dossier, de prendre toutes les mesures adaptées à la situation", assure-t-elle.

► ► ► DOCUMENT | Le communiqué de la FFF

Mathieu Valbuena se dit déçu de l'attitude de son coéquipier en équipe de France. Mais l'avocat de Karim Benzema tempère en assurant que "la déception n'est pas un délit". "Le dossier n'est plus lui-même depuis qu'il y a eu les fuites dans la presse" , explique Me Alain Jakubowicz, évoquant la publication dans l'Équipe d'une conversation téléphonique entre l'un des maîtres-chanteurs présumés et son client.

Karim Benzema a été mis en examen et risque jusqu'à cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende en cas de poursuites. Il nie toute implication dans le chantage.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.