François-Marie Banier, pendant le procès Bettencourt
François-Marie Banier, pendant le procès Bettencourt © Dominique Lemarié / Radio France / Dominique Lemarié

Le tribunal correctionnel de Bordeaux a condamné jeudi le photographe François-Marie Banier et le gestionnaire de fortune de l'héritière de L'Oréal Patrice de Maistre à des peines de prison ferme pour "abus de faiblesse" sur Liliane Bettencourt.

L'ex-confident de la richissime héritière de L'Oréal, François-Marie Banier, est le plus lourdement condamné puisqu'il écope de trois ans de prison, dont six mois avec sursis, 350.000 euros d'amende et 158 millions d'euros de dommages et intérêts.

Patrice de Maistre, lui, écope de trente mois de prison, dont douze avec sursis, et 250.000 euros d'amende. Ces deux condamnations sont à peine inférieures aux réquisitions prononcées en début d'année lors du procès dans le principal volet de "l'affaire Bettencourt".

Les avocats de François-Marie Banier et de Patrice de Maistre ont annoncé leur intention d'aller en appel. Le compagnon de Banier, Martin d'Orgeval, poursuivi pour avoir bénéficié de libéralités et de dons, a été condamné à 18 mois de prison avec sursis et 150.000 euros d'amende.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Récits, dessins, compte-rendus d'audience : revivez le procès Bettencourt

La surprise est venue de la condamnation à une amende de 250.000 euros de l'homme d'affaires Stéphane Courbit à qui il était reproché d'avoir bénéficié de l'état de faiblesse de Liliane Bettencourt pour obtenir d'elle un investissement dans sa société d'un montant de 143 millions d'euros. Seul relaxé : l'ex-ministre UMP Éric Woerth.

Ce dernier a également été relaxé dans le volet "trafic d'influence", tout comme Patrice de Maistre. Les deux hommes étaient poursuivis pour avoir conclu un arrangement selon lequel l'ex-ministre UMP aurait remis la légion d'honneur à Patrice de Maistre, en échange de l'embauche de l'épouse d'Eric Woerth au sein de la société qui gérait le patrimoine de Liliane Bettencourt. Le tribunal a ainsi suivi les réquisitions du parquet qui s'était prononcé pour une relaxe "faute d'éléments à charge suffisants".

► ► ► Comprendre l'affaire Bettencourt en 140 secondes. Regardez, survolez et cliquez.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.