la banque reyl dit ne pas compter d'hommes politiques français parmi ses clients
la banque reyl dit ne pas compter d'hommes politiques français parmi ses clients © reuters

Pierre Condamin-Gerbier a été arrêté par la police suisse début juillet pour violation du secret bancaire. Son arrestation est intervenue après son audition par la commission d'enquête de l'Assemblée sur le dossier d'évasion fiscale de Jérôme Cahuzac.

Pierre Condamin-Gerbier avait annoncé le 3 juillet devant la commission avoir transmis à la justice une liste d'hommes politiques français détenant un compte en Suisse.

Le Point.fr écrit que l'ancien employé de la banque privée Reyl & Cie, qui abritait le compte de Jérôme Cahuzac, a été interpellé à Saint-Prex, dans le canton de Vaud, où il réside, le 5 juillet et que sa détention provisoire a été prolongée quatre jours plus tard.

Le ministère public de la Confédération a confirmé l'information à la Tribune de Genève, qui indique que Pierre Condamin-Gerbier "est en détention préventive et une instruction pénale a été ouverte contre lui." Selon le quotidien suisse :

On l'accuse en particulier de 'service de renseignement économique', autrement dit d'avoir transmis à des tiers des données bancaires.

Dans un communiqué diffusé samedi,la banque Reyl & Cie annonce avoir déposé une plainte contre Pierre Condamin-Gerbier pour vol, falsification de document et violation du secret professionnel et commercial. Selon l'établissement :

Les nombreuses déclarations mensongères maintenues en dépit des démentis catégoriques de la Banque, la falsification d'un mémorandum interne de Reyl Private Office, et sa remise à un média français, n'ont laissé d'autre choix à la Banque que de sortir de sa réserve et d'agir à l'encontre de Pierre Condamin-Gerbier.

La banque suisse Reyl & Cie a réaffirmé la semaine passée qu'elle ne comptait aucun homme politique français parmi ses clients . Le parquet de Paris a ouvert le 31 mai à son encontre une information judiciaire, notamment pour blanchiment de fraude fiscale.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.