Pour ce procès hors-norme, près d’une centaine de témoins ont été être entendus à la barre - gendarmes, enquêteurs, experts qui se sont succédé dans le dossier, les familles…

C’est une des ces affaires tentaculaires. Alors que les trois procès de Patrick Dils pour les mêmes faits avaient respectivement duré trois, huit et treize jours, cette fois c’est quasiment un mois durant que comparaît Francis Heaulme : du 31 mars au 24 avril, devant la cour d’assises de Metz. Et pour cause: près d’une centaine de témoins ont été être entendus à la barre - gendarmes, enquêteurs, experts qui se sont succédé dans le dossier, mais aussi les familles des deux enfants, parties civiles au procès. Tous ont été mêlés, ont vécu ou ont travaillé sur l’affaire de Montigny-lès-Metz.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Suivre le procès en direct >

Les victimes et leurs proches

*Cyril Beining
*

“Il souriait tout le temps”, raconte sa mère, qui évoque un garçon “dégourdi”, un gamin de huit ans plein de vie. Ce jour du 28 septembre 1986, le gamin d’1 mètre 28 est retrouvé mort à quelques centaines de mètres de chez lui.

*Alexandre Beckrich
*

Ce gamin de huit ans et 1 mètre 37 était plus calme que son compagnon de jeu d’un jour, le petit Cyril: pas le genre à rester dehors une fois la nuit tombée, et plutôt réservé. Près de 30 ans après, sa grand-mère Ginette Beckrich, y pense encore “tout le temps”.

Chantal Beining
La maman de Cyril est aussi connue sous le nom de Gabrielle, son prénom à l’état civil. Mère d’un autre garçon et d’une fille, elle est aujourd’hui divorcée. C’est elle qui, en faisant appel du non-lieu prononcé en faveur de Francis Heaulme, est à l’origine de la tenue de ce quatrième procès de l’affaire de Montigny-lès-Metz. ► ► ► VOIR LA VIDEO |Chantal Beining: "Nous on n'a plus rien"  

*Ginette Beckrich
*

La grand-mère d’Alexandre est aussi la porte-parole de la famille Beckrich. Elle conserve avec elle le dossier et les coupures de presses relatives à l’affaire. Ginette Beckrich est la veuve de Camille Beckrich, qui a vu les corps des deux enfants quelques heures après leur mort. photo

Sont également parties civiles au procès les autres membres des familles Beckrich et Beining, à l’image des parents d’Alexandre ou des frère et soeur de Cyril.

Autour de l'accusé

Francis Heaulme
A l’époque des faits, Francis Heaulme travaille comme manutentionnaire chez CTBE, entreprise située à 400 mètres des lieux du crime. Taciturne mais sans problème apparent, il vit chez sa grand-mère à Vaux: depuis la mort de sa mère d’un cancer et devant l’alcoolisme de son père, il a quitté le domicile parental.  ► ► ► ALLER PLUS LOIN | Psychologie d'un tueur 

*Christine Heaulme
*

La soeur de Francis Heaulme, sa cadette de six ans, est la seule à le voir en prison depuis 1993. Mais lorsqu’il avoue le meurtre du petit Joris Viville, elle refuse d’aller le voir pendant près de deux ans, n’acceptant pas la possibilité qu’il soit un meurtrier d’enfant. Aujourd’hui, elle parle de lui comme d’un “pauvre diable”.

*Christian Heaulme
*

L’oncle de Francis Heaulme a retrouvé un pantalon et une chemise dans une sorte de faux-plafond de la maison de la grand-mère du tueur en série, à Vaux. Il les a remis aux enquêteurs mais ces éléments n’ont rien donné.

Marcel Heaulme
Marcel Heaulme, est le père de Francis Heaulme. D’origine allemande et qui a conservé un fort accent, il est surnommé “Le Boche” par sa belle-famille. Ancien ouvrier, alcoolique et violent, il bat sa femme, surnomme son fils “le bâtard”, le “fou”, le “retardé”.► ► ► ALLER PLUS LOIN | Psychologie d'un tueur >

Georgette Speeg
Elle rencontre Francis Heaulme en avril 1991 alors qu’il travaille à Bischwiller, en Alsace. Divorcée, sans enfant, elle l’invite à manger et il entreprend pour cette femme de 37 ans une cure de désintoxication. Elle est, vraisemblablement, sa seule idylle amoureuse. Ensemble, ils vont à la messe le dimanche, chantent des cantiques.

Ils ont été suspectés

Patrick Dils
Pendant 15 ans, aux yeux de la justice, des familles des victimes et quasiment de la France entière, Patrick Dils était le coupable des meurtres atroces de Montigny-lès-Metz. Cet adolescent timide et immature aurait commis ces crimes dans un acte de folie. Mais le combat acharné de ses parents pour faire reconnaître son innocence a payé: sa mère a ainsi attiré l’attention sur la présence de Francis Heaulme sur les lieux ce jour-là. S’ensuivront deux nouveaux procès et, finalement un acquittement. Définitivement blanchi, il est appelé à témoigner pendant ce procès. ► ► ► ALLER PLUS LOIN | 15 ans de prison pour rien >

Henri Leclaire
Agé de 38 ans au moment des faits. Il travaille alors comme manutentionnaire dans l’imprimerie Le Lorrain située juste en face du talus. Après avoir été placé en garde à vue, il avoue à deux reprises. Mais, lors d’un déplacement sur les lieux, le 11 décembre 1986, les enquêteurs constatent qu’Henri Leclaire, du fait de sa corpulence, est incapable de monter sur le talus. Sa culpabilité est alors écartée. Plus tard, il est placé sous le statut de témoin assisté dans l'affaire, mais bénéficie d'un non-lieu en 2013. ► ► ► ALLER PLUS LOIN | La piste du 3e homme >

Claude Grabot
Ce manutentionnaire de 19 ans à l’époque des faits avait déjà été condamné pour attentat à la pudeur. Il sera le deuxième à avouer le meurtre des enfants, mais ses aveux son jugés fantaisistes et il est donc rapidement relâché.

Les avocats

Me Pierre Gonzales de Gaspard
Il est l’avocat de Francis Heaulme, également défendu par moments par Me Liliane Glock. Après avoir plaidé à plusieurs reprises en faveur de l’irresponsabilité pénale du tueur en série, il entend, pour ce procès, souligner qu’un autre homme est, selon lui, l’auteur des crimes de Montigny-lès-Metz. ► ► ► ALLER PLUS LOIN | Parcours d'un meurtrier

Me Dominique Boh-Petit
L’avocate de Chantal Beining, la mère de Cyril Beining, l’a accompagnée dans sa bataille pour ramener l’affaire devant les tribunaux après l’acquittement de Patrick Dils.

Me Dominique Rondu
Cet avocat de la famille Beckrich est dans l’affaire depuis le tout début en septembre 1986. Ceci explique peut-être pourquoi, il maintient son “intime conviction” au sujet de Patrick Dils, malgré l’acquittement de ce dernier pour les crimes de Cyril et Alexandre. Devant la cour d’assises de Metz, il dira ainsi qu’il ne croit pas en la culpabilité de Francis Heaulme.

Me Thomas Hellenbrand
Me Hellenbrand est l’avocat d’Henri Leclaire, un temps soupçonné dans l’affaire de Montigny-lès-Metz. Aujourd’hui, Henri Leclaire, manutentionnaire qui travaillait aux imprimeries le Lorrain, situées juste en face du lieu des crimes, est simplement invité à témoigner au procès. Mais Francis Heaulme affirme l’avoir vu descendre du talus où les corps de Cyril et Alexandre ont été retrouvés. ► ► ► ALLER PLUS LOIN | La piste du 3e homme 

Police et gendarmerie

Jean-François Abgrall
Cet ancien gendarme et chef de la section de recherche de la gendarmerie de Rennes est aujourd’hui enquêteur dans le privé. En mai 1989, il enquête sur le meurtre d’une aide-soignante près de Brest. C’est lui qui a fait le rapprochement avec les autres meurtres commis par Francis Heaulme et provoqué son arrestation. Mais ses méthodes sont critiquées. Le procès-verbal de son interrogatoire de 1992, le premier qu’il réalise de Francis Heaulme, est entaché de nullité. Toutefois considéré comme le meilleur connaisseur de Francis Heaulme, il est l’auteur de “Dans la tête du tueur”. ► ► ► ALLER PLUS LOIN | Parcours d'un meurtrier

Francis Hans et Thierry PerchatCes gendarmes ont été en charge de la contre-enquête avant le troisième procès de Patrick Dils. Ils ont croisé, minute par minute, l’itinéraire de chacune des personnes passées à proximité de la scène de crime ce soir là. Pour eux, ce double meurtre porte la “quasi-signature criminelle de Francis Heaulme”. Au procès de Patrick Dils, la démonstration de Thierry Perchat durera neuf heures.

Bernard Varlet
Cet enquêteur a été le responsable d’enquête de l’affaire Montigny-lès-Metz. Il affirme notamment que, dès le 30 septembre 1986, à la suite d’un appel anonyme, il savait que le coupable devait être recherché parmi la famille Dils. Au troisième procès de Patrick Dils, il affirme: “Je préfère un innocent en prison qu’un coupable dehors”. Le 6 janvier 2006, il porte en plainte en diffamation contre Patrick Dils pour son livre Je voulais juste rentrer chez moi, ses éditeurs et son co-auteur, Karen Aboab. Il sera débouté par la justice. ► ► ► ALLER PLUS LOIN | 15 ans de prison pour rien >

André Parachini
Cet ancien membre de la brigade de mineurs, inspecteur à la brigade financière a été chargé de réinterroger Patrick Dils après ses premiers aveux, notamment parce qu’il était son voisin à Montigny-lès-Metz et le connaissait auparavant. Il a longtemps affirmé sa conviction de la culpabilité de Patrick Dils, acquitté après 15 ans de prison.

Ils ont été témoins

Emile David et Joachim Cadete
Ces deux beaux-frères ont créé un rebondissement dans l’affaire en révélant tardivement - quinze ans après les faits - avoir recueilli Francis Heaulme ensanglanté au bord de la Moselle où ils achevaient une partie de pêche. Ils connaissaient déjà Francis Heaulme comme habitant la ville voisine de Vaux, au domicile de sa grand-mère, depuis 1983. Le voyant mal en point, ils proposent même de l’y raccompagner. ► ► ►ALLER PLUS LOIN |Les lieux du crime >

*Pascal et Michel
*

Tous deux ont croisé Francis Heaulme en détention. L’un, incarcéré à la maison d’arrêt de Metz en 2001, a partagé le même quartier d’isolement que Francis Heaulme: le tueur en série s’est confié à lui et lui a fait des aveux circonstanciés sur les meurtres de Montigny-les-Metz. L’autre a connu Francis Heaulme lors d’un passage à la centrale d’Ensisheim. Celui-ci lui aurait parlé de “gamins qui ont jeté des pierres du haut du talus”. Selon ce témoin, Francis Heaulme aurait également expliqué qu’il ne pouvait avouer ces meurtres car sa soeur ne viendrait plus le voir en prison.

Au total quatre hommes ayant croisé Francis Heaulme en détention sont attendus à la barre. Tous racontent avoir recueilli les confidences du tueur en série sur les meurtres de Montigny-les-Metz. En plus de Pascal et Michel, Roger et Francis doivent également témoigner.

*Mlle Isabelle Deschang et Salvatore Buttafuoco
*

Sept mois après les meurtres, ils affirment avoir entendu des pleurs d’enfants aux alentours de 18h50. Leur témoignage sera déterminant dans la mise en examen de Patrick Dils. Les enquêteurs estiment que cela prouve que les enfants sont encore en vie à cette heure-là, soit quand la famille Dils rentre de week-end.

Alain et Rose Mathis
Ce couple de passants ont affirmé avoir vu les deux enfants au sommet du talus SNCF qui surplombe la rue Venizelos vers 17h15. C’est la dernière fois qu’Alexandre et Cyril sont aperçus vivants.

David Herrlich
Cet enfant de neuf ans à l’époque aurait vu un cycliste qui correspond au signalement de Francis Heaulme vers 17 heures, non loin de la rue Venizelos. Son témoignage n’a pas été retenu par les enquêteurs en charge de l’enquête initiale. ► ► ► *ALLER PLUS LOIN |Les ratés de l'enquête >

Experts

Dr Marc-Antoine Leupold
Ce médecin légiste est arrivé rapidement sur les lieux pour les premières constatations. Il n’a cependant pas de thermomètre en état de marche et évalue l’heure de la mort des enfants au toucher.► ► ► ALLER PLUS LOIN |Les ratés de l'enquête >

*Professeur André Chaumont
*

Ce médecin légiste a réalisé l’autopsie des deux enfants à Strasbourg le 30 septembre 1986. Il a notamment précisé qu’”aucune lésion de défense n’a été relevée, ni sur Cyril, ni sur Alexandre.”

Professeur Alain-Antoine Lugnier
Cet expert en toxicologie et hématologie a analysé les pierres qui ont servi à tuer les enfants. Il a déterminé que chacun des enfants a été tué à l’aide d’une pierre différente.

Dr Serge Bornstein
Ce neuropsychiatre a été seul a avoir expertisé à la fois Patrick Dils et Francis Heaulme. Au sujet de ce dernier, il a décelé une “alteration du comportement”, mais ne menant pas à une irresponsabilité pénale. Serge Bornstein a également confirmé chez Francis Heaulme le syndrome de Klinefelter. ► ► ► ALLER PLUS LOIN |Psychologie d'un tueur >

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.