A huit semaines de la présidentielle, trois juges d'instruction ont été désignés pour enquêter sur les soupçons d'emplois fictifs visant la famille de François Fillon

Quelques minutes avant le communiqué du PNF, François Fillon débutait un meeting à Maisons-Alfort
Quelques minutes avant le communiqué du PNF, François Fillon débutait un meeting à Maisons-Alfort © AFP / Patrick Kovarik

Décidément cette campagne présidentielle ne ressemble à rien de connu. A huit semaines du premier tour, après avoir appris dans la matinée de vendredi que Marine Le Pen avait refusé de se rendre à une convocation de la police dans l'enquête sur les emplois fictifs au FN, François Fillon fait désormais l'objet d'une information judiciaire, ouverte vendredi soir par le Parquet national financier.

► POUR EN SAVOIR PLUS | Lire Derrière l’affaire Fillon, le parquet national financier…

Un mois pile après l'article du Canard Enchaîné qui avait révélé le "Penelope Gate", trois juges d'instruction ont été désignés pour enquêter sur des faits supposés de "détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits, trafic d'influence et manquements aux obligations de déclaration à la Haute Autorité sur la transparence de la vie publique".

Pénélope Fillon, la femme de François Fillon, a touché 680 000 euros sur une période de 15 ans, comme assistante parlementaire de son mari et de son suppléant.

L'enquête prend un nouveau tournant

Du fait de la nouvelle loi sur la prescription, Eliane Houlette, la chef du parquet national financier, a dû aller plus vite que prévu, et nommer trois juges d'instruction pour éviter que les faits antérieurs à 2005 ne soient prescrits. Mais sur le fond, cela ne change rien.

Statutairement indépendants, ces magistrats vont enquêter à charge et à décharge, sur tous les aspects de l'affaire : les soupçons d'emploi fictifs de Penelope Fillon et des enfants du couple, Charles et Marie Fillon, entre 1986 et 2013, mais aussi le travail de Madame Fillon à la Revue des deux mondes, juste après que François Fillon ait élevé son propriétaire, Marc Ladreit de Lacharrière, au grade le plus élevé de la Légion d'honneur.

Les magistrats vont d'abord prendre connaissance du dossier, peut-être ordonner de nouveaux actes d'enquête.

Peuvent-ils convoquer, et surtout mettre en examen François Fillon avant le premier tour?

Formellement, rien ne les en empêche. Mais le scénario semble toutefois peu probable. Les juges risqueraient d'être accusés de s'immiscer dans la vie démocratique du pays.

Rappelons qu'en cas d'élection, François Fillon sera protégé durant cinq ans par l'immunité présidentielle, mais pas sa femme ni ses enfants.

Les juges vont-ils pouvoir travailler en toute indépendance ?

Ecoutez les explications de Virginie Duval, présidente de l'USM, principal syndicat représentatif des magistrats

La justice n'est pas soumise au calendrier électoral

A noter enfin la réaction des avocats du couple, dans un communiqué : "Nous ne doutons pas qu'à l'issue d'une procédure sereine, avec des juges indépendants, l'innocence de François et Penelope Fillon sera enfin reconnue", ont déclaré Mes Antonin Lévy et Pierre Cornut-Gentille, selon lesquels cette décision montre que le parquet "n'a pas pu démontrer la réalité des infractions poursuivies".

Au moment même où le parquet annonçait l'ouverture d'une information judiciaire, François Fillon était en meeting à Maisons-Alfort (Val-de-Marne). Il n'a pas changé son discours et s'est rapidement éclipsé dès la fin de son speech, sans commentaire supplémentaire.

L'affaire Fillon
L'affaire Fillon © Visactu / -
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.