La grand-tante et le grand-oncle de Grégory, Marcel et Jacqueline Jacob, ont été mis en examen pour enlèvement et séquestration suivie de mort et placés en détention provisoire.

Rebondissement dans l'affaire Grégory : le grand-oncle et la grand-tante de l'enfant mis en examen et écroués
Rebondissement dans l'affaire Grégory : le grand-oncle et la grand-tante de l'enfant mis en examen et écroués © Maxppp / PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

Le procureur général de Dijon, Jean-Jacques Bosc, a tenu une deuxième conférence de presse ce vendredi au cours de laquelle il a annoncé les mises en examen des deux membres de la famille de Grégory pour enlèvement et séquestration suivie de mort . Le procureur a confirmé qu'il ne pouvait pas pour l'instant désigner celui, celle ou ceux qui ont tué l'enfant de 4 ans en 1984 mais il a tout de même précisé que "ceux qui ont enlevé l'enfant sont les auteurs du crime"

A l'évidence Grégory a été enlevé du domicile de ses parents et retenu un certain temps jusqu'à sa mort

Âgée de 72 ans, cette tante de Jean-Marie Villemin, père de l'enfant assassiné en 1984, a quitté le Palais de justice de Dijon sous escorte de plusieurs gendarmes qui l'ont faite monter dans une voiture.

Son époux Marcel Jacob, 71 ans, a lui aussi été placé en détention provisoire. Le couple avait été placé en garde à vue mercredi par les gendarmes, après son interpellation dans les Vosges.

Le couple nie toute implication

Les deux mis en examen ont nié en l'état toute participation aux faits reprochés" selon le procureur. Il a cependant précisé que si Jacqueline Jacob s'est dès le début de sa garde à vue murée dans le silence, Marcel a répondu aux enquêteurs, tout en niant les faits et en contredisant des éléments pourtant indiscutables.

Le procureur a également précisé qu'il y avait toujours débat sur ce qu'ils faisaient le jour de la disparition.

Ils ne présentent pas en l'état d'alibi qui soit confirmé ou étayé.

Vive réaction des avocats

L'avocat de Marcel Jacob a jugé vendredi :

C'est criminel de jeter en pâture le nom d'un couple

"On n'a aucun élément matériel, rien" à leur encontre, "on a mis la charrue avant les boeufs", a dénoncé Me Stéphane Giuranna. il a précisé qu'il allait rapidement demander "la nullité de la mise en examen" de son client qui aurait dû seulement être placé sous le statut de témoin assisté selon lui.

L'avocat de Jacqueline Jacob s'est lui aussi vivement opposé à la mise en examen et au placement en détention de sa cliente.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.