Jean-Jacques Martini, ancien sous-directeur d’un service de renseignement de la DST (Direction de la surveillance du territoire) va être entendu, le 3 décembre prochain, par le juge Marc Trévidic, qui enquête sur l’attentat de Karachi. Le magistrat antiterroriste cherche à savoir de quelles informations disposait, à l’époque, la DST. Il a déjà entendu le prédécesseur de Jean-Jacques Martini, Eric Bellemin-Comte (qui s’est retranché derrière le secret-défense), ainsi que l’un des « correspondants » du service, Gérard Willing.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.