Dans le cadre des poursuites sur le contrat dont bénéficiait l'épouse de François Fillon à "La Revue des deux Mondes", Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire de la revue choisit de plaider coupable.

Marc Ladreit de Lacharrière
Marc Ladreit de Lacharrière © AFP / STEPHANE DE SAKUTIN

Le milliardaire, patron de la holding Fimalac, Marc Ladreit de Lacharrière fait partie des quatre personnes mises en examen dans l'affaire des emplois présumés fictifs concernant Penelope Fillon. Il a donc décidé de suivre une procédure de plaider-coupable. 

Il s'agit là d'un des volets de l'affaire Fillon, qui avait obligé le candidat à la présidentielle  à abandonner. 

Il avait été révélé, entre autres, que Pénélope Fillon était salariée comme conseillère éditoriale de la Revue des deux mondes, détenue par Ladreit de Lacharrière. 

Le cas de Pénélope et la Revue des deux mondes

Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire de la Revue des deux mondes, mis en examen en mai 2017 pour abus de bien sociaux, reconnaît les faits alors que de son côté François Fillon niait les soupçons de détournement de fonds depuis le début de l'enquête.       

Par ce plaider coupable, Marc Ladret de Lacharrière reconnait donc que pendant huit mois durant l'année 2013, un salaire a été versé à Pénélope Fillon, en échange de seulement 2 notes de lecture.

Le directeur de la revue, Michel Crépu, avait dit qu'il n'avait jamais vu Pénélope Fillon dans les locaux et n'avait pas trouvé trace des conseils donnés par  Pénélope Fillon.    

Les juges d'instruction ont accepté le plaider-coupable dans le cadre d'une "comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité".  Reste à un juge du tribunal de Paris de l'homologuer en audience publique, pour éviter au milliardaire un passage en correctionnelle. Il a trois mois pour le faire.

François Fillon, affaibli dans sa défense

La décision de Ladreit de Lacharrière intervient alors que les juges d'instruction ont terminé leur enquête,  dix-huit mois de travail après la mise en examen de François Fillon. Il s'agit d'une instruction sur les emplois présumés fictifs de l'épouse et des enfants de l'ex-candidat de droite à la présidentielle. Ces révélations en pleine campagne l'avait obligé à jeter l'éponge dans la course à la présidentielle.  Les trois juges en charge de l'affaire ont notifié vendredi la fin de leurs investigations, selon le parquet national financier. 

D'ici trois mois,  le parquet financier doit donner son avis sur un éventuel procès des époux Fillon. La décision finale reviendra ensuite aux juges d’instruction.                      

L'affaire Fillon, qui a ébranlé la campagne présidentielle de François Fillon pour l'élection de 2017, porte également sur des emplois supposés fictifs de Pénélope Fillon comme assistante parlementaire de son mari, puis du suppléant de son mari.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.