information judiciaire requise pour un vol de cocaïne au 36 quai des orfèvres
information judiciaire requise pour un vol de cocaïne au 36 quai des orfèvres © reuters

Les enquêteurs cherchent à savoir s'il s'agit de complices du jeune homme mis en examen vendredi 24 avril pour un projet d'attentat contre au moins une église de Villejuif, et pour l'assassinat d'une femme.

Les enquêteurs cherchent toujours à identifier les soutiens et les complicités dont aurait pu bénéficier Sid Ahmed Ghlam et c'est dans ce cadre qu'ils mis un homme n garde à vue depuis samedi après que les policiers ont identifié son ADN dans une voiture liée à Ghlam. Puis dimanche l'ont rejoint en garde à vue un homme de 27 ans interpellé à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Son ADN a été identifié sur une brosse à cheveux découverte au domicile parisien de Ghlam. Une troisième personne, susceptible d'avoir apporté un possible soutien logistique au jeune étudiant est également en garde à vue.

Les explications de Nathalie Hernandez

Sid Ahmed Ghlam a été mis en examen, et placé en détention provisoire. Il est notamment soupçonné d'avoir projeté des attaques contre au moins une église et d'avoir assassiné dimanche dernier à Villejuif (Val-de-Marne) Aurélie Châtelain, une femme de 32 ans dont le corps avait été retrouvé dans sa voiture.

Les services d'enquête soupçonnent son projet d'attentat d'avoir été "télécommandé à distance" par un ou des hommes établis vraisemblablement en Syrie et lui ayant "ordonné clairement" de frapper des églises. Les enquêteurs s'interrogent aussi sur l'importance et la provenance de l'arsenal retrouvé dans sa voiture et à son domicile.

Affaire Sid Ahmed Ghlam infographie
Affaire Sid Ahmed Ghlam infographie © idé
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.