L'affaire Tapie
L'affaire Tapie © Radio France

Le ministère de l'Economie n'a pas tardé à réagir. Au lendemain des annonces des gardes à vue du juge arbitre et de l'avocat de Bernard Tapie dans l'affaire de l'arbitrage Tapie/Crédit lyonnais, Bercy annonce que l'Etat va se porter partie civile.

"Et dans les meilleurs délais." Les pouvoirs publics ont précisé qu'ils entendent "avoir accès au dossier et "veiller à ce que les intérêts patrimoniaux de l'Etat ne soient pas lésés".

Ecoutez la porte parole du gouvernement, Najat Vallaud Belkacem

En ce qui concerne un recours contre l'arbitrage rendu en 2008 en faveur de Bernard Tapie, Pierre Moscovici a afirmé que "ce 'était pas exclu mais pas en cours."

Ce matin, la garde à vue de l'avocat de Bernard Tapie, Me Lantourne, a été levée. Les enquêteurs voulaient vérifier les liens éventuels entre l'homme d'affaires et ceux qui lui ont permis d'empocher 400 millions d'euros lors du réglement de ce différend.

Ecoutez Paul Albert Iweins, avocat de Me Lantourne

.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.