Saal
Saal © MaxPPP

Son nom est devenu le symbole des dérives des hauts fonctionnaires. Agnès Saal, l'ancienne présidente de l'INA, a plaidé coupable dans l'affaire des frais exorbitants de taxi. Elle a été condamnée lundi à 4 500 euros d'amende, en attendant une deuxième audience vendredi.

C'est d'abord le scandale des frais de taxi de l'INA qui s'est réglé ce lundi.Agnès Saal a comparu au tribunal de grande instance de Créteil, dans le cadre d'une CRPC, une comparution de reconnaissance préalable de culpabilité.

Ce qui signifie qu'elle a dejà accepté la peine proposée par le parquet. Peine révélée lundi matin : 150 jours amende à 30 euros, soit un total de 4 500 euros. En cas de non paiement, les jours amende deviennent des jours de détention.

Agnès Saal comparaitra ensuite vendredi, toujours selon la même procédure, au TGI de Paris, concernant cette fois ses frais de taxis quand elle dirigeait le centre Georges-Pompidou.

L'objectif de ces deux procédures : en finir au plus vite avec cette affaire gênante, Corinne Audouin

Des sanctions mais pas de vrai procès, regrette l'association de lutte contre la corruption Antikor .

La chute d'une haute fonctionnaire au parcours jusque là irréprochable

L'affaire avait éclaté en avril 2015, avec la révélation de 40 000 euros de notes de taxis engagés en 10 mois par la présidente , alors qu'elle bénéficiait d'une voiture avec chauffeur.

Une partie de ces frais avaient été dépensés par son fils.Au plan disciplinaire, Agnès Saal avait déjà écopé de deux ans de suspension de la fonction publique, dont 6 mois ferme . Elle devrait retrouver un poste dès cet été.

Avec ces deux audiences, c'est donc la fin d'un feuilleton qui a alimenté la critique des élites, et fait chuter une haut fonctionnaire au parcours jusque-là irréprochable.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Agnès Saal exclue pour 2 ans de la fonction publique

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.