Pascal Fauret et Bruno Odos ors de leur procès en République Dominicaine
Pascal Fauret et Bruno Odos ors de leur procès en République Dominicaine © Ezequiel Abiu Lopez/AP/SIPA

Les deux pilotes de l'affaire Air cocaïne ont été placés en détention provisoire après avoir été entendus par le juge des libertés et de la détention (JLD).

Brunos Odos a été écroué à la prison de Varce après avoir été entendu à Grenoble, Pascal Fauret à Lyon.

Les deux hommes doivent être transférés ver la juge marseillaise qui instruit l'enquête française sur ce dossier depuis février 2013.

Pascal Fauret et Bruno Odos dénoncent une procédure pour "faire du spectacle".

Une procédure qui surprend les pilotes

Les gendarmes se sont présentés aux domicile de Pascal Fauret, 55 ans, dans la banlieue de Lyon, et de Bruno Odos, 56 ans, en Isère à 7H00 ce matin.

Ils ont escorté les pilotes dans le cadre d'un mandat d'amener de la part du juge d'instruction. Christiane Saunier-Ruellan.

Neuf jours après leur rocambolesque évasion de Saint-Domingue, les deux pilotes français sont donc rattrapés par la justice française.

Après son interpellation ce matin,Pascal Fauret s'est dit "surpris" de cette procédure selon son avocat Maître Jean Reinhart. "C'est un peu spécial", a-t-il souligné, d'autant que son client et l'autre pilote Bruno Odos avaient publiquement déclaré qu'ils étaient "disposés à se rendre à une convocation" de la justice.

"Le mandat d'amener était inutile, c'est pour faire du spectacle" , a-t-il dénoncé.

La méthode indigne Sabine Fauret, l'épouse du commandant de bord

On est traité vraiment comme des grands criminels, et c'est insupportable

Dans le cadre du mandat d'amener, la juge peut décider d'entendre Pascal Fauret et Bruno Odos demain. Un mandat d'arrêt international a été lancé contre eux par la République de Saint-Domingue. Les deux hommes avaient été arrêtés en mars 2013 à l'aéroport de Punta Cana alors qu'ils pilotaient un avion bourré de 680 kg de cocaïne.

►►► ALLER PLUS LOIN | Les dessous de l'évasion des pilotes

Ils ont été condamnés mi-août en République dominicaine à 20 ans de prison. En attendant leur procès en appel, ils avaient interdiction de sortir du territoire et étaient sous liberté surveillée, leurs passeports confisqués. Avec l'aide de proches, ils se sont évadés de manière rocambolesque par bateau puis par avion et ont réussi à regagner la France fin octobre. Ils ont toujours clamé leur innocence et assurent s'en remettre à la justice française pour le prouver.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.