Pascal Fauret et Bruno Odos ors de leur procès en République Dominicaine
Pascal Fauret et Bruno Odos ors de leur procès en République Dominicaine © Ezequiel Abiu Lopez/AP/SIPA

Les deux hommes, condamnés à 20 ans de prison en août dernier pour trafic de drogue, ont toujours clamé leur innocence. Ils étaient assignés à résidence en République dominicaine, avec interdiction de quitter le territoire.

Pascal Fauret et Bruno Odos se trouvent "sur le sol français" depuis samedi, a indiqué leur avocat français, confirmant une information du Figaro.

Selon Me Jean Reinhart :

Ils sont en France pour chercher la justice, pas pour la fuir.

Les deux hommes sont actuellement "en France, pas cachés, ils cherchent à voir des médecins et sont prêts à voir un juge français" explique leur avocat.

Selon BFM TV, Pascal Fauret et Bruno Odos, pilotes mais également d'anciens militaires, auraient été sortis du pays en bateau par "une équipe" composée de "copains marins".

Ils avaient fait appel de leur condamnation à 20 ans de prison

Les deux pilotes avaient été arrêtés en mars 2013, avec leurs deux passagers, au moment où ils s'apprêtaient à décoller d'un aéroport de Punta Cana aux commandes d'un avion, un Falcon 50. Dans l'avion avaient été retrouvés 26 valises contenant 680 kg de cocaïne . Depuis, Pascal Fauret et Bruno Odos ne cessaient de proclamer leur innocence.

Dans leurs plaidoiries, les avocats des quatre hommes avaient tous demandé leur acquittement, alléguant que rien ne prouvait qu'ils savaient que de la drogue se trouvait à bord de l'avion .

Le sénateur Olivier Cadic, représentant les Français établis hors de France, avait déploré la sentence dans un communiqué, critiquant "l'acharnement du procureur" et assurant que "le ministère public n'a jamais pu démontrer l'implication ou la complicité" des quatre Français. De son coté, le porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères avait qualifié de "très lourde" la peine prononcée.

►►► POUR EN SAVOIR PLUS | Ecoutez l'entretien des auteurs de "L’affaire Air Cocaïne, mafia et jets privés"

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.