Pascal Fauret et Bruno Odos ors de leur procès en République Dominicaine
Pascal Fauret et Bruno Odos ors de leur procès en République Dominicaine © Ezequiel Abiu Lopez/AP/SIPA

Les deux pilotes d'avion français condamnés à 20 ans de prison en République dominicaine pour trafic de cocaïne ont réussi à braver l'interdiction de quitter ce pays et à rentrer en France, où ils assurent vouloir s'en remettre à la justice française.

Les pilotes français, anciens pilotes de chasse, Pascal Fauret et Bruno Odos ont probablement bénéficié d’un soutien logistique mais les détails de leur fuite sont encore flous. Ils auraient bénéficié de nombreuses complicités pour déjouer leur controle judiciaire. Selon BFM TV, les anciens militaires auraient été sortis du pays en bateau par "une équipe" composée de "copains marins". Les deux pilotes d'avion français sont rentrés en France en transitant par Saint-Martin et la Martinique.

Aymeric Chauprade, euro-député Front national, est un soutien de la première heure des pilotes français (oint par Emmanuel Leclère) :

L'un des deux pilotes doit donner une conférence de presse ce mardi à 14h au cabinet de l'un de leurs avocats, Me Eric Dupont-Moretti.

►►► REECOUTEZ | Jerôme Pierrat et Marc Leplongeon , auteurs de "L’affaire Air Cocaïne, mafia et jets privés"

Selon Me Jean Reinhart, les deux hommes "sont en France pour chercher la justice, pas pour la fuir. Ils cherchent à voir des médecins et sont prêts à voir un juge français" :

Condamnés à vingt ans de prison

Quatre Français sont concernés par cette affaire : les pilotes Pascal Fauret et Bruno Odos, le passager Nicolas Pisapia et l'apporteur d'affaires Alain Castany. Ils ont été arrêtés dans la nuit du 19 au 20 mars 2013, alors qu'ils s'apprêtaient à décoller de l'aéroport de Punta Cana, à bord d'un Falcon 50 dans lequel se trouvaient 680 kg de cocaïne, répartis dans 26 valises. Les quatre hommes ont toujours clamé leur innocence, affirmant n'avoir pas su qu'il y avait de la drogue à bord. Condamnés en août 2015 à vingt ans de prison pour trafic de drogue, mais libres jusqu'à ce que leur sentence soit définitive, ils ne pouvaient pas théoriquement quitter la République Dominicaine.

Un procès ubuesque

Les deux pilotes sont désormais des hors la loi pour une République dominicaine dont la justice n’était pas sortie grandie du procès : anomalies procédurales en cascade, des valises de drogue présentées en grande pompe mais jamais revues, des responsables douaniers eux-mêmes tombés pour corruption. Il y a donc peu de risque que Pascal Fauret et Bruno Odos soient renvoyés dans les Caraïbes.

Sur leurs comptes en banque, aucune transaction suspecte

Quel que soit leur mode d’évasion, les deux hommes se disent désormais à la disposition de la juge d’instruction marseillaise en charge du dossier. Leurs comptes ont été épluchés : aucune transaction suspecte n’y a été relevée. Dans cette affaire, le principal suspect, le commanditaire supposé du transport des 680 kilos de cocaïne, a lui, disparu après avoir été arrêté en Espagne puis relâché dans une autre histoire de trafic de drogue.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.