Xavier Broseta pris à partie par certains manifestants
Xavier Broseta pris à partie par certains manifestants © Reuters / Jacky Naegelen

Le tribunal de Bobigny se penchait ce vendredi sur "l'affaire de la chemise", celle arrachée au DRH d'Air France devant le siège social en marge d'une manifestation contre la suppression annoncée de 2 900 postes. L'audience a été renvoyée.

L'image choc avait fait la une de tous les journaux et le tour du monde. Le DRH d'Air France, torse nu, chemise arrachée, devant le siège de la compagnie à Roissy.. C'était le 5 octobre dernier, lors d'une manifestation contre l'annonce d'un plan de restructuration et la suppression de 2900 postes.

► ► ► Premier jour d'audience à suivre avec

Ce vendredi, 15 salariés de la compagnie aérienne comparaissaient, dans un contexte explosif, en plein mouvement contre la loi travail. L'audience a finalement été renvoyée, le dossier étant finalement trop complexe pour être jugé sur deux jours seulement. Dix salariés sont poursuivis uniquement pour dégradations (pour avoir forcé le portail d'accès), et cinq, tous encartés à la CGT, pour "violences en réunion" (parmi eux, une personne est poursuivie pour les deux faits). Quatre ont été licenciés depuis.

Une large intersyndicale qui rassemble pilotes, hôtesses, stewards ainsi que les personnels au sol appellent à se rassembler devant le tribunal. Un important dispositif policier est prévu pour les empêcher d'accéder au parvis.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.