Vanille, âgée de 1 an, de type métisse, n'avait pas été rendue aux services sociaux par sa mère vendredi à Angers (Maine et Loire). A l'issue d'une Alerte Enlèvement, sa mère avait été retrouvée ce dimanche matin. Le corps de la fillette a été découvert un peu plus tard dans un conteneurs à vêtements.

Le procureur de la République d'Angers, Eric Bouillard
Le procureur de la République d'Angers, Eric Bouillard © AFP / PASCAL POCHARD-CASABIANCA

Vanille, la fillette de un an disparue depuis vendredi à Angers, a été retrouvée morte, dimanche, dans une benne à vêtements à Angers, a expliqué ce dimanche soir le procureur de la République d'Angers Eric Bouillard.   

Les aveux de la mère

La mère de l'enfant a avoué "qu'elle avait donné la mort à son enfant", précise le procureur, avant de la déposer dans une benne à vêtements près de chez elle.  Lors de sa garde à vue, elle a parlé d'"un étouffement ou une strangulation", ce qui n'a pas encore été confirmé par le médecin légiste.   "Elle a fourni très peu d'explications à son geste", d'après le procureur. 

Le médecin légiste va faire les premiers examens pour savoir comment la fillette a été tuée. 

La mort serait intervenue vendredi entre 13h et 15h

Selon le procureur, la maman de la fillette situe le moment où elle a donné la mort, vendredi, avant le déclenchement de l'alerte enlèvement.   "Les vérifications permettent de se rendre compte que vendredi en tout début d'après-midi, elle est encore accompagnée de son enfant, elle a une poussette. A partir du milieu d'après-midi, elle n'est plus accompagnée de son enfant." explique Eric Bouillard.

Selon les constatations des enquêteurs, "on peut établir que cela s'est passé vendredi, dans un créneau entre 13h et 15h vendredi".

La garde à vue de la mère se poursuit pour "meurtre sur mineur par ascendant".

Vanille était hébergée dans un foyer maternel et une famille d'accueil

Plus tôt dans la journée, il avait donné quelques précisions, sur la situation de famille de Vanille et sa mère. 

Vanille était confiée à sa mère, hébergée actuellement entre une famille d’accueil et un foyer maternel, qui recevait sa mère et qui lui permettait de s’occuper d'elle pendant un temps donné. Il était de 48 heures dans la semaine, au moment où la fillette a disparu. 

"_La maman avait l’enfant en charge depuis deux jours, elle devait remettre l’enfant vendredi soir aux services de l’aide sociale à l’enfance"_avait signalé le procureur.      

"L’alerte enlèvement n’a été déclenchée que le samedi soir, parce qu’il y a d’abord des recherches qui sont faites à partir des points de chute que l’on pouvait connaître, et parce que la maman n’avait pas nécessairement de moyens de locomotion. Elle n'utilise généralement que les transports en commun. Devant le caractère vain des recherches locales, il a été décidé de déclencher le plan alerte enlèvement", avait expliqué Éric Bouillard.  Il précisait alors que la mère de Vanille est connue pour être fragile psychologiquement. 

Nathalie Stéphan, 39 ans, souffre de troubles psychiatriques et suit un traitement. Eric Bouillard précise qu'elle avait déjà "une fois, avec un autre de ses enfants, omis de ramener cet enfant dans les délais". Mais il ajoute qu'à "aucun moment, elle n'avait mis en danger ses enfants".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.