Le procureur a fait mercredi matin le point sur l'enquête
Le procureur a fait mercredi matin le point sur l'enquête © MaxPPP

Depuis vendredi dernier, l’enquête sur les attentats de Paris, qui ont fait 129 morts, a progressé. Lors d’une conférence de presse mercredi soir, le procureur de la République François Molins a assuré que 8 personnes avaient été arrêtées et deux tuées à Saint-Denis dont Abaaoud.

  • Qui a été arrêté ?

Huit personnes ont été interpellées et placées en garde à vue lors de l'intervention ciblant le jihadiste belge, Abdelhamid Abaaoud dans un appartement de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis à côté de Paris. Ce dernier est mort et son corps a été officiellement identifié par la police.

"Une nouvelle équipe de terroristes a été neutralisée et tout laisse à penser (...) que ce commando pouvait passer à l'acte", a expliqué le procureur de la République de Paris, François Molins. Abdelhamid Abaaoud, l'un des visages de la propagande de l'organisation EI et Salah Abdeslam, suspect-clé traqué par la police, ne font pas partie des personnes gardées à vue.

Trois personnes ont été arrêtées au début de l'intervention à Saint-Denis et deux après avoir été retrouvées dans les gravats de cet appartement. Trois autres individus ont été interpellés "sur la voie publique". Parmi eux, un homme dit avoir hébergé les terroristes présumés sans savoir dit-il qu’il s’agissait de jihadistes « pour rendre service à un ami », a-t-il assuré aux médias.

enquete 2
enquete 2 © Radio France
  • Comment a-t-on su qu’ils se cachaient à Saint-Denis ?

C’est grâce à un témoignage que les enquêteurs sont arrivés à cet immeuble de Saint-Denis. Comme l’a expliqué le procureur, la police a découvert qu’il s’agissait d’un "lieu possible de retranchement d'Abaaoud". A 4h30 dans la nuit de mardi à mercredi, les policiers d'élite du Raid ont donc investi cet appartement où trois kamikazes se sont fait exploser vendredi. On a aussi trouvé deux autres lieux de résidences des meurtriers, l’un à Bobigny l’autre à Alfortville.

  • Qui est encore en cavale ?

Les policiers recherchent activement Salah Abdeslam, 26 ans, soupçonné d'être l'un des tireurs qui ont mitraillé vendredi les terrasses de cafés et restaurants parisiens, avec son frère Brahim Abdeslam, qui lui s'est fait exploser.

Un autre jihadiste non identifié serait toujours en cavale. Demeure un doute sur le fait qu'il s'agisse d'un des deux complices présumés arrêtés à Bruxelles et inculpés par la justice belge pour "attentat terroriste": Mohammed Amri, 27 ans, et Hamza Attou, 20 ans.

  • Qui a été tué ?

Abaaoud a donc été identifié parmi les corps retrouvé après l'assaut de Saint-Denis. Le bilan n’est pas encore précis ."Au moins deux morts" selon les autorités de police parmi les occupants de l'appartement. Mais il n’est pas exclu" qu'un "troisième terroriste" ait pu être tué. Pendant l'assaut, une explosion a retenti, attribuée par les forces de l'ordre à une femme kamikaze, un point qui "demande à être vérifié", selon François Molins. Enfin, le corps d'un homme "criblé d'impacts" a aussi été découvert dans l'immeuble.

  • Ce que l’on sait des jihadistes de vendredi

Trois kamikazes étaient aux abords du Stade de France à Saint-Denis, trois au Bataclan et trois sur les terrasses de bars et restaurants. Une information a été livrée hier par la police: juste avant l'assaut du Bataclan, l'un d'eux a envoyé un SMS disant "on est parti, on commence", à partir d'un téléphone portable retrouvé dans une poubelle, a révélé le procureur.

Brahim Abdeslam (31 ans), Samy Amimour (28 ans), Bilal Hadfi (20 ans) et Omar Ismaïl Mostefaï (29 ans), ont été identifiés. Par ailleurs, ils sont tous Français.

Une autre personne est recherchée par les enquêteurs, il s’agit de Fabien Clain, Français de la Réunion converti à l'islam et vétéran du jihadisme. C’est lui qui a revendiqué les attaques au nom de l'organisation EI dans un enregistrement audio.

enquete 1
enquete 1 © Radio France
  • Que se passe-t-il en Belgique ?

Six perquisitions ont été effectuées jeudi à Molenbeek et à Jette, deux quartiers de l'agglomération bruxelloise, a-t-on appris auprès de la police belge et de source gouvernementale. Une arrestation a eu lieu.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.