Le groupe État islamique a diffusé dimanche soir une vidéo du jeune terroriste qui a tué un passant et en a blessé quatre autres la veille dans le quartier de l'Opéra à Paris, attaque revendiquée par l'organisation djihadiste. A Strasbourg, les enquêteurs ont aussi interpellé un de ses amis de lycée.

L'enquête sur l'attaque du quartier de l'Opéra a été revendiquée par l'organisation État Islamique
L'enquête sur l'attaque du quartier de l'Opéra a été revendiquée par l'organisation État Islamique © Maxppp / Nicolas Joubert/Wostok Press

Dans la vidéo diffusée au lendemain de l'attaque, le jeune homme de 20 ans se filme, le visage à moitié caché par un cache-nez et une capuche sombres, et s'exprime en français et un peu en arabe. Il dit prêter allégeance au groupe État Islamique, puis reprend une rhétorique habituelle : Khamzat Azimov appelle les musulmans qui ne peuvent pas émigrer en zone de combat à agir "ici en terre des mécréants", je cite, "n'attendez pas" lance-t-il. 

Perquisition dans le nord de Paris

Khamzat Azimov est né en Tchétchénie en 1997. Sa famille fuit la guerre au début des années 2000 et obtient en 2004 le statut de réfugié en France. Le tueur de samedi soir, qui a grandi dans l'est de la France, était venu s'installer à Paris, avec sa famille, dans un hôtel meublé du XVIIIe arrondissement, dans lequel la DGSI est venu procéder à l'interpellation de ses proches. Des ordinateurs, saisis sur place, n'ont pour l'instant rien révélé.

1'11

Dans le XVIIIe arrondissement parisien, les policiers de la BRI sont venus interpeller les parents du jeune homme accompagnés de sa petite soeur, qu'il accompagnait souvent à l'école

Par Gregoire Lecalot

Mais c'est sans doute vers Strasbourg qu'il faut chercher des clés, là où il a passé son enfance, dans le quartier de l'Esplanade, avant son arrivée à Paris il y a quelques mois. Dimanche, au lendemain de l'attaque, les policiers ont interpellé dans ce même quartier un de ses amis alsaciens, âgé aussi d'une vingtaine d'années. Un autre camarade de lycée, Ilyès, le disait "sportif, distant avec les filles, et pratiquant" :

1'08

Le témoignage d'liyès, qui avait gardé des liens avec Khamzat Azimov, son camarade de lycée, deux ans après le bac

Par Corinne Fugler

Objectif secondaire pour la DGSI

Les suites de l'enquête permettront peut-être de comprendre comment Azimov a pu tromper les services de renseignement. Le garçon était bien dans les radars de la DGSI depuis 2016, à la fois fiché S et inscrit au fichier des personnes radicalisées. Il était toutefois un objectif assez secondaire, son comportement n'avait pas été jugé inquiétant. L'année dernière le jeune homme avait par ailleurs été auditionné comme simple témoin dans une enquête sur une jeune femme qui voulait partir en Syrie. 

Paris : le déroulement de l'attaque dans le quartier de l'opéra
Paris : le déroulement de l'attaque dans le quartier de l'opéra © Visactu / Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.