La police a procédé à deux nouvelles interpellations dans le cadre de l'enquête sur l'attentat du 14 juillet sur la Promenade des Anglais à Nice.

Des membres des forces de l'ordre sur la Promenade des Anglais à Nice
Des membres des forces de l'ordre sur la Promenade des Anglais à Nice © Maxppp / CLEMENT MAHOUDEAU

Les deux hommes arrêtés hier soir ont été placés en garde à vue dans l'enquête sur l'attentat de Nice qui a fait 84 morts. Les enquêteurs cherchent à déterminer si l'auteur de l'attaque, le Tunisien Mohamed Lahouaiej Bouhlel, a pu bénéficier de soutiens logistiques.

Les deux gardés à vue apparaîtraient sur des photos retrouvées dans le téléphone portable du terroriste. L'un d'eux serait même pris en photo dans le camion qui a servi à l'attaque.

Cinq complices présumés de Mohamed Lahouaiej Bouhlel sont déjà mis en examen

Quatre hommes, âgés de 21 à 40 ans, et une femme de 42 ans ont été mis en examen jeudi dernier et placés en détention provisoire . Les investigations ont montré que l'acte de Lahouaiej Bouhlel avait été "mûri" pendant plusieurs mois.

Le terroriste a bénéficié de complicités et de soutiens, a affirmé jeudi dernier le procureur de Paris, François Molins.

Chokri C., Mohamed Oualid G. et Ramzi A. ont été mis en examen pour "complicité d'assassinats en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste".

Ramzi A. est également poursuivi pour "infractions à la législation sur les armes en relation avec une entreprise terroriste", tout comme un couple d'Albanais, Artan H. et Enkeledja Z, soupçonnés d'avoir fourni le pistolet avec lequel Lahouaiej Bouhlel a tiré sur des policiers avant d'être abattu.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.