Fayçal Cheffou, journaliste indépendant, pourrait être le 3ème terroriste de l'aéroport
Fayçal Cheffou, journaliste indépendant, pourrait être le 3ème terroriste de l'aéroport © MaxPPP

Les enquêteurs tentent de confirmer si le seul suspect inculpé, en lien direct avec les attaques de Bruxelles, Fayçal Cheffou, est bien "l'homme au chapeau" qui a déposé une bombe à l'aéroport.

La traque du réseau djihadiste à l'origine des attaques de Bruxelles se poursuit.

Un suspect, arrêté jeudi, a été inculpé de "participation aux activités d'un groupe terroriste et d'assassinats terroristes ainsi que de tentative d'assassinat terroriste".

Il pourrait s'agir de "l'homme au chapeau" , repéré mardi sur les images de vidéosurveillance de l'aéroport, près des deux kamikazes Ibrahim El Bakraoui et Najim Laachraoui.Selon les enquêteurs, "l'homme au chapeau" avait "déposé un grand sac" contenant "la charge explosive la plus importante" avant de quitter l'aéroport. Mais sa bombe n'a pas explosé. Selon le bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayeur, Fayçal Cheffou est un homme "dangereux", qui avait déjà été interpellé à plusieurs reprises dans un centre d'accueil où il cherchait à inciter des demandeurs d'asile à rejoindre le camp djihadiste.

Deux autres personnes ont été inculpées samedi en Belgique dans l'enquête, distincte, sur un projet d'attentat déjoué jeudi en France . Aboubakar A. et Rabah N., sont accusées d'activités terroristes et d'appartenance à un groupe terroriste. Arrêté jeudi près de Paris, le principal suspect de ce projet d'attentat, l'ex-braqueur français Reda Kriket, 34 ans, est toujours en garde à vue en France. Des armes et des explosifs ont été découverts dans un appartement en banlieue parisienne après son interpellation.

Un Algérien arrêté en Italie, en lien avec les attentats de Bruxelles et Paris

Il aurait fourni de faux documents aux terroristes impliqués dans les attaques du 13 novembre à Paris et du 22 mars à Bruxelles. Recherché par la Belgique, Djamal Eddine Ouali, 40 ans, Algérien, a été interpellé samedi en fin d’après-midi dans la région de Salerne, dans le sud de la Péninsule.

Visé par un mandat d’arrêt européen émis par Bruxelles, il était recherché pour son implication dans un réseau produisant de faux documents. D’après la presse transalpine, le nom de cet homme est apparu lors de perquisitions effectuées en périphérie de Bruxelles, en octobre dernier. D’après le journal La Stampa , l’Algérien se serait adressé à la préfecture de Salerne pour y demander un permis de séjour. C’est de cette façon que la police a pu l’identifier. Elle aurait envoyé vendredi soir son image à la Belgique, pour confirmation. Quelques heures plus tard, l’homme était arrêté.

La vie reprend difficilement son cours à Bruxelles

La foule devrait continuer d'affluer dimanche place de la Bourse à Bruxelles, transformée en mémorial malgré l'annulation d'une "marche contre la peur".

Béatrice Dugué, notre envoyée spéciale à Bruxelles :

Pendant ce temps ,le difficile travail d'identification des victimes se poursuit . 24 personnes décédées ont été identifiées à ce stade, dont 11 ressortissants étrangers de huit nationalités.

Le reportage de Sandrine Etoa-Andègue à Bruxelles :

Les attentats-suicides à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles, ont fait le 22 mars,28 mortset 340 blessés, dont 62 toujours en soins intensifs. L'aéroport de Bruxelles Zaventem restera fermé au moins jusqu'à mardi.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.