la photo de Laachraoui Najim sur son faux passeport syrien
la photo de Laachraoui Najim sur son faux passeport syrien © Police belge

L'un des complices des commandos des attentats de Paris toujours en cavale, connu sous la fausse identité de Soufiane Kayal, a été identifié par la police belge. Il s'agit de Najim Laachraoui, âgé de 24 ans.

"L'enquête a pu établir que le nommé Soufiane Kayal peut être identifié comme étant le nomméNajimLaachraoui , né le 18 mai 1991, parti en Syrie en février 2013 ", selon un communiqué du parquet fédéral belge. On ignore pour l'instant la nationalité de cet homme. Les enquêteurs le soupçonnent d'avoir été en liaison téléphonique avec certains membres des commandos le soir du 13 novembre.

Ses traces ADN ont été retrouvées ce lundi sur des explosifs .

La maison perquisitionnée le 26 novembre 2015 à Auvelais, près de Namur, au sud de la Belgique, avait été louée sous la fausse identité de Soufiane Kayal . Najim Laachraoui avait également été contrôlé sous sa fausse identité le 9 septembre 2015, à la frontière austro-hongroise, en compagnie de Salah Abdeslam et de Mohamed Belkaïd, un Algérien de 35 ans abattu par la police mardi à Forest, dans le sud-ouest de Bruxelles.

Salah Abdeslam a été interpellé dans le quartier de Molenbeek vendredi matin. Quatre autres personnes ont été interpellées lors de ce coup de filet (trois hommes et une femme). Mais tout le réseau n'est pas démantelé.

Un sujet de discorde entre Paris et Bruxelles : l'Obs a révélé vendredi sur son site que les empreintes de Salah Abdeslam avaient été retrouvées dans l'appartement perquisitionné à Forest mardi. La police belge affirme qu'elle a du intervenir dans la précipitation parce que l'info était sortie. La publication de cette seule information ne mettait pas en danger l'enquête , selon Matthieu Croissandeau, directeur de la rédaction de l'Obs, joint par Corinne Audouin. "Personne ne nous a demandé de retarder cette information" affirme le journaliste.

Un deuxième complice dans la nature

Mohamed Abrini , belgo-marocain de 31 ans, qui vient du même quartier que Salah Abdelslam, a été vu le 14 novembre 2015 avec Salah Abdeslam, à bord d'une Renault Clio à une station-service de l'Oise. On ignore quel a été son role lors des attentats de Paris et Saint Denis mais il est présenté par la police belge comme un homme dangereux. Condamné à plusieurs reprises pour des faits de droits communs dont vols avec violences, il est soupàçonné d'avoir fait un séjour en Syrie. Son frère est mort dans les rangs du groupe Etat islamique en 2014.

"Nous sommes loin d'avoir terminé le puzzle."

Le procureur de la République de Paris, François Molins, et le procureur fédéral belge, Frédéric van Leeuw, ont tenu une conférence de presse commune ce lundi après-midi à Bruxelles.

Ils ont livré peu d’informations nouvelles, compte-tenu du secret de l’enquête. Il reste donc encore des zones d’ombre : qu’a fait exactement Salah Abdeslam entre le 14 novembre 2015 et ce 18 mars 2016, jour de son arrestation ? Quel est le nombre exact de personnes recherchées ? Quel est le rôle précis de Najim Laachraoui ?

Selon F. van Leeuw, "ces derniers temps, plusieurs pièces du puzzle ont trouvé leur place, mais nous sommes encore loin de l’avoir terminé ". A chaque avancée, de nouvelles pistes apparaissent, a expliqué le procureur fédéral belge. Depuis le début 2016, soixante nouveaux dossiers de terrorisme ont ainsi été ouverts en Belgique, "avec une radicalisation qui devient de plus en plus violente ". François Molins a aussi donné quelques chiffres concernant la France : 244 affaires de terrorisme en cours, qui portent judiciairement sur 772 individus , mis en examen ou recherchés.

Actuellement, quatre équipes communes franco-belges travaillent ensemble : une sur l’attaque du Thalys, une sur Mehdi Nemmouche, auteur présumé de l’attaque du musée juif de Bruxelles, une sur les attentats déjoués de Verviers, et une autre sur les attentats du 13 novembre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.